La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Les Mille et Une Nuits de Guillaume Vincent

Les Mille et Une Nuits de Guillaume Vincent - Critique sortie Théâtre Paris Odéon-Théâtre de l’Europe
La scène initiale des Mille et Une Nuits de Guillaume Vincent. © Elizabeth Carecchio

Odéon-Théâtre de l'Europe / mes Guillaume Vincent

Publié le 28 octobre 2019 - N° 281

Pour adapter le légendaire recueil de contes orientaux des Mille et Une Nuits, Guillaume Vincent tente d’en déployer toutes les résonances. Impressionnant.

C’est un fleuve hybride et polyphonique que ces Mille et Une Nuits. Popularisée en France au XVIIIème siècle par leur traducteur Antoine Galland, l’œuvre originelle fut augmentée de quelques figures telles Aladin, Ali Baba ou Sinbad le marin, qui assurent aujourd’hui son succès. Mais c’est bien Shéhérazade, narratrice du récit cadre, la véritable héroïne de ce recueil d’histoires aux multiples sources orientales. Pour rappel, le sultan Shahryar tue sa femme adultère et se venge de la trahison féminine en épousant, déflorant et décapitant une jeune fille vierge chaque nuit. Violente entame, c’est peu de le dire, que Guillaume Vincent transforme en scène de film d’angoisse, très aboutie, comme il aime tant à en proposer au plateau. Survient ensuite, en robe blanche de mariée, Shéhérazade, la fille du grand vizir, qui met fin à l’horreur puisqu’elle parvient avec sa sœur à retarder son exécution en racontant des histoires au sultan. Ces histoires, ce sont les contes des Mille et Une Nuits dont Guillaume Vincent fait ici une sélection très convaincante. A travers elle, il rend en effet honneur aux multiples dimensions de l’œuvre tout en travaillant leur écho avec le monde d’aujourd’hui.

Superposition des lieux et des époques

Le spectacle révèle tout d’abord combien Les Mille et Une Nuits réunit des esthétiques extraordinairement disparates. Des textes courts, longs, enchâssés, en miroir, déploient une multiplicité de registres – comique, érotique, poétique, trivial, édifiant, pathétique… et bien sûr merveilleux -, autant de couleurs que Guillaume Vincent, qui affectionne les ruptures et pastiches, fait très habilement coexister au plateau. Dans une superbe scénographie modulable à l’envi, constituée de multiples petites maisons couvertes de rideaux de nattes tressées multicolores, d’où les personnages sortent comme des diables de leur boîte, ou comme des personnages de leur récit, il fait évoluer ses 17 acteurs et actrices dans de discrètes et superbes effluves musicales d’Orient. Superposant subtilement les lieux et les époques, l’Orient fascinant d’hier et celui plus sombre d’aujourd’hui, l’ailleurs et l’ici, il tisse des ponts entre le merveilleux et le réel, à l’instar de l’histoire de la légendaire chanteuse Oum Kalthoum qu’il ajoute à celle des 1001 Nuits. Osant quelques adaptations, ajouts et autres actualisations aux histoires d’origine, il parvient à faire vibrer un monde où les rapports entre les sexes sont tissés de violences et de passions dévorantes, où les désirs s’expriment sans fard, avec humour et une étonnante liberté, où l’altruisme et la générosité voisinent avec la cruauté. En préservant la couleur locale sans jamais céder à un quelconque orientalisme mièvre, ce spectacle traduit finalement ce que Les Mille et Une Nuits ont d’universel et d’intemporel, comment ces récits vieux de plus de dix siècles dessinent un lieu commun de notre humanité.

Eric Demey

A propos de l'événement

Les Mille et Une Nuits
du Vendredi 8 novembre 2019 au Dimanche 8 décembre 2019
Odéon-Théâtre de l’Europe
Place de l'Odéon, 75006 Paris

Du 8 novembre au 8 décembre, du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h. Tel : 01 44 85 40 40. Spectacle vu à Bonlieu, Scène Nationale d'Annecy. Durée : 2h50 avec entracte.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre