La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

La Belle au bois dormant

La Belle au bois dormant - Critique sortie Danse Paris Opéra Bastille
Crédit : François Stemmer Légende : Lou Cantor dans La Belle au bois dormant de Béatrice Massin.

Amphithéâtre Opéra Bastille / Chor. Béatrice Massin/ mus. Lully, Mozart, Marais, Jacquet de la Guerre / dès 7 ans

Publié le 26 octobre 2015 - N° 237

Ludique, truffée de bonnes idées, sachant concilier le langage du conte et la culture d’aujourd’hui, La Belle au bois dormant de Béatrice Massin est un petit bijou chorégraphique. 

Conçue comme spectacle jeune public, cette Belle s’endort au Grand Siècle et se réveille aux sons des sirènes d’alarme et des klaxons de notre époque. Entretemps, on aura traversé l’essentiel de cette intrigue avec seulement cinq personnages et trois danseurs (la princesse, le père, la nourrice, la méchante fée, le prince). Grande spécialiste d’un baroque qui se concentre sur l’écriture de la danse et les nuances musicales sans jamais tomber dans la reconstitution historique poussiéreuse, Béatrice Massin n’en connaît pas moins toutes les subtilités. Sa Belle est un petit miracle de condensation narrative vive et intelligente qui n’hésite pas à opérer des croisements qui font sens. Le père a tout de Louis XIV, il apprend à la Belle… la danse bien sûr ! Quant à la Belle, Béatrice Massin avoue s’être inspirée de la Duchesse de Bourgogne qui éclaira de sa gaîté les dernières années du monarque.

Un baroque très contemporain

Lou Cantor a l’âge et la fraîcheur du rôle, un peu sauvage, un peu garçonne, à cheval entre les bonnes manières et l’effronterie d’une gamine qui n’a peur de rien. Olivier Bioret, qui joue le roi et le prince (ce qui n’est pas sans malice), sait mieux que personne passer de la majesté à la maladresse, du père noble au jeune ado empêtré dans son corps. La nourrice et la sorcière ne sont autres que… Corentin Le Flohic ! Façon de rappeler que les femmes étaient bannies de la scène au temps du Roi Soleil. En attendant, ce troublant Chérubin déguisé en jeune fille est d’une drôlerie folle ou impressionne en créature qui fait surgir le néant. La scène du réveil est un morceau d’anthologie qui fait de la chute un art consommé. Ses superbes costumes évoquant les drapés soyeux de Watteau, et la danse enjouée et rapide font le reste. Les enfants adorent. Ils découvrent avec plaisir le fleuret et le rigaudon, Lully, Mozart et même Elisabeth Jacquet de la Guerre, et entrent dans ce monde décalé à souhait. « Baroque » signifie, étymologiquement, irrégulier, en parlant d’une perle. Ce spectacle en est une.

 

Agnès Izrine

A propos de l'événement

La Belle au bois dormant
du Mardi 24 novembre 2015 au Samedi 12 mars 2016
Opéra Bastille
Opéra Bastille, 120 Rue de Lyon, 75012 Paris, France

En tournée : Du 24 au 27 novembre au Théâtre Paul-Eluard de Bezons, les 4 et 5 décembre au Phénix, Scène Nationale de Valenciennes, du 9 au 11 décembre, au Dôme Théâtre, scène conventionnée d’Albertville, les 14 et 15 décembre au Parvis, Scène nationale de Tarbes, le 18 décembre au Centre André Malraux d’Hazebrouck, les 5 et 6 janvier à la Maison de la Culture de Nevers, les 12 et 13 janvier au Théâtre Luxembourg de Meaux, les 26 et 27 janvier au Théâtre des Bergeries de Noisy-le-Sec, le 14 février au Trois Pierrots de Saint-Cloud, du 8 au 12 mars à l’Espace Albert Camus de Bron…


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse