La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -202-Les Gémeaux, scène nationale de Sceaux

Le goût des contrastes

Le goût des contrastes - Critique sortie Classique / Opéra Sceaux Les Gémeaux
Crédit photo : DR

Le Messie / Haendel / La Chapelle Rhénane

Publié le 1 octobre 2012 - N° 202

Le chanteur Benoît Haller est le chef fondateur de l’ensemble baroque La Chapelle Rhénane. En début de saison, à Sceaux, il dirige Le Messie de Haendel.

« Nous cherchons à ce que nos interprétations soient incarnées, chargées d’émotion et de sens »

Quel lien entretenez-vous avec la Scène nationale des Gémeaux ?

Benoît Haller : En 2009, sous l’impulsion de Francis Maréchal, directeur de la Fondation Royaumont, où La Chapelle Rhénane était alors en résidence, nous avons prospecté pour trouver des lieux de diffusion afin d’accueillir la Passion selon Saint Mathieu de Bach. Nous nous sommes ainsi retrouvés à donner en octobre notre premier concert à Sceaux. Grâce à la directrice de la Scène Nationale, Françoise Letellier, cette première série s’est transformée en résidence, avec un programme chaque année. En 2010, nous avons donné L’Oratorio de Noël de Bach, et en 2011, L’Histoire de la Nativité de Schütz, couplé à la Pastorale de Noël de Charpentier. Et notre association ne va pas s’arrêter avec Le Messie cette année ! Nous pensons déjà poursuivre notre cycle Bach avec la Messe en si et la Passion selon Saint Jean. Les Gémeaux sont très liés au théâtre et à la danse, nous sommes presque les seuls à y donner régulièrement des concerts. Mais c’est une scène qui sonne bien, permettant un vrai contact avec les spectateurs. En parallèle à nos concerts, nous menons également à Sceaux une démarche auprès des publics : le public empêché, notamment dans les maisons de retraite, et aussi le jeune public, avec des actions dans les classes d’école primaire. N’oublions pas que la musique est un formidable vecteur d’humanité et de lien social.

Pourquoi avez-vous souhaité, cette année, donner Le Messie de Haendel ? 

B.H. : On a toujours peur de se faire enfermer dans des tiroirs. La Chapelle Rhénaneest très identifiée à la musique baroque allemande, en particulier à Schütz et à Bach. Mais nous sommes capables de proposer d’autres répertoires ! J’ai chanté de nombreuses fois Le Messie de Haendel, et j’ai éprouvé une sensation de fatigue en l’interprétant toujours à l’identique avec de nombreux chefs. J’ai donc eu envie de diriger cette œuvre majeure du répertoire en me reposant des questions de phrasé, de tempo… Il me paraît aussi intéressant de rechercher le maximum de contrastes dans la partition. En ce qui concerne les voix, je pense qu’on ne fait jamais assez d’ornementations dans les da capo des airs. Ce qui m’intéresse également avec cette œuvre, c’est le fait de rendre concret un livret représentant la figure du Christ de manière universelle, sans action, sans narration. A l’origine, Haendel, né en Allemagne, était protestant, puis a passé du temps en Italie, chez les catholiques, avant de s’installer en Angleterre et de devenir, par la force des choses, anglican. Le Messie reflète bien cet œcuménisme.

Quelle place La Chapelle Rhénane occupe-t-elle dans le paysage des ensembles baroques ?

B.H. : La Chapelle Rhénanea été fondée en 2001 et nous avons connu une montée en puissance jusqu’en 2009. Mais en 2010 et 2011, ce fut la traversée du désert, avec notamment la perte d’un mécène. Heureusement, les choses repartent : nous venons de sortir un enregistrement consacré aux Psaumes de David de Schütz (label K617). EnFrance, on joue beaucoup de musique baroque française et italienne, mais, en dehors de Bach, peu de baroque allemand. C’est sur ce répertoire que nous avons pu montrer notre originalité. Nous cherchons à ce que nos interprétations soient incarnées, chargées d’émotion et de sens. Notre ensemble est implanté enAlsace et a aussi pour particularité de réunir beaucoup de musiciens français et allemands.

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

A propos de l'événement

La Chapelle Rhénane
du Vendredi 12 octobre 2012 au Dimanche 14 octobre 2012
Les Gémeaux
49, avenue Georges Clemenceau, 92330 Sceaux
Les 12 et 13 octobre à 20h45 et le 14 octobre à 17h.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra