La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Re : Walden

Re : Walden - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre national de la Colline.
Re : Walden, de Jean-François Peyret. Crédit Photo : Elisabeth Carcchio

Théâtre national de la Colline / d’après Henry David Thoreau / spectacle de Jean-François Peyret

Publié le 23 janvier 2014 - N° 217

Créé lors du 67ème Festival d’Avignon, à La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, le dernier spectacle de Jean-François Peyret est aujourd’hui présenté au Théâtre de la Colline. Un bijou de poésie et de technologie, inspiré de Walden ou la vie dans les bois de Henry David Thoreau. 

Voilà déjà plusieurs années que Jean-François Peyret a initié un processus de recherche artistique lié à un livre qui l’habite depuis des décennies : Walden ou la vie dans les bois du poète et philosophe américain Henry David Thoreau (1817-1862). Une résidence à l’Experimental Media and Performing Arts Center (EMPAC) aux Etats-Unis en 2009, une esquisse de spectacle en juin 2011 au Théâtre Paris-Villette, une performance sonore en 2012, une exposition-installation en février et mars 2013. Ce travail au long cours a contribué à élaborer la version définitive de Re : Walden, spectacle d’une acuité passionnante qu’interprètent Jos Houben, Clara Chabalier, Victor Lenoble et Lyn Thibault (aux côtés, en alternance, des pianistes Alexandros Markeas et Alvise Sinivia). Le résultat est magistral. Prenant la forme d’un patchwork littéraire et technologique, cette proposition nous entraîne dans une déambulation imaginaire nourrie par des extraits de Walden, des compositions pianistiques (d’Alexandros Markeas), des vidéos (de Pierre Nouvel), des jaillissements sonores et visuels… Il y a beaucoup de sensibilité, beaucoup de délicatesse, dans cette création à la croisée des arts humains et numériques. Beaucoup d’humour aussi, et de l’intelligence.

Un brillant processus de ressassement et d’éclatement

Ecrit par Henry David Thoreau après une expérience de vie solitaire de plus de deux ans au bord d’un étang du Massachusetts (l’écrivain construisit lui-même la cabane en bois dans laquelle il vécut), Walden se compose d’une succession de considérations et d’observations sur le rapport de l’homme à la nature, au monde, à l’existence. Sur le petit plateau du Théâtre de la Colline, ces considérations donnent lieu à un brillant processus de ressassement et d’éclatement, à des mouvements de paroles qui se complètent et s’entrelacent. Jamais très loin de la dérision, faisant preuve d’une inventivité de chaque instant, Re : Walden joue des approximations, des décalages, pour explorer les champs de la mémoire et de la réalité. Ainsi, un piano peut s’émanciper de son interprète, des forêts de mots peuvent pousser et se déployer sur un écran, des avatars peuvent mettre en perspective la voix et le corps des comédiens. Au plus près d’une rangée d’ordinateurs alignés en bord de scène, l’humain fait ici face à l’intelligence artificielle. Dans une recherche commune qui écarte toute idée d’opposition, ils explorent, ensemble, les traces et les ressources de l’art poétique.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Re : Walden
du Jeudi 16 janvier 2014 au Samedi 15 février 2014
Théâtre national de la Colline.
15 rue Malte-Brun, 75020 Paris.
Petit Théâtre. Du 16 janvier au 15 février 2014. Du mercredi au samedi à 21h, le mardi à 19h, le dimanche à 16h. Durée : 1h40. Tél. : 01 44 62 52 52. www.colline.fr
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre