La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

UND

UND - Critique sortie Théâtre Tours CDR de Tours – Théâtre Olympia
Jacques Vincey Crédit photo : Marie Pétry

Entretien / Jacques Vincey Und / CDR de Tours- Théâtre Olympia De Howard Barker / Mise en scène Jacques Vincey

Publié le 17 avril 2015 - N° 232

Une femme attend un homme… son amant, son bourreau. Il est en retard. Alors elle parle, laisse couler ses pensées, glisse dans le flot des mots, pour survivre, pour défier la barbarie qui cogne à la porte. Dans Und, le dramaturge britannique Howard Barker pousse à l’extrême la tension du désir et de la mort. Le metteur en scène Jacques Vincey guide la cantatrice Natalie Dessay dans ses premiers pas au théâtre avec ce monologue qui dresse le pouvoir de résistance du langage face à la violence et à l’absurde.

Le réel et l’imaginaire s’enchâssent sans cesse dans ce monologue. Que se joue-t-il au-delà de la simplicité de l’intrigue ?

Jacques Vincey : Rivée dans l’attente, cette femme nommée Und livre tout ce que qui la traverse : pensées, pulsions, répulsions, questions… Elle chemine sur une limite, un point de rupture, entre l’informulable et la nécessité de dire. Un paysage intérieur se dessine, au gré des digressions, associations, surgissements et glissements. Elle s’adresse à un absent, qui manifeste sa présence par des bris, des fracas… autant de signes laissant présager la violence qui frappe à la porte, qui bientôt sans doute dévastera tout. Les fureurs de l’Histoire et le spectre de la Shoah rôdent derrière les mots, s’inscrivent dans une histoire intime.

Howard Barker pousse aussi à l’incandescence le désir, toujours trouble, transgressif chez lui… Souffrance et jouissance s’enlacent.

J. V. : Il fait œuvre de poète. Il ne craint pas de s’aventurer dans les zones obscures de l’être, au-delà de l’explicable, de frôler l’inadmissible. Il cherche un théâtre qui déborde la raison et passe par le corps, saisit tous les sens. L’attente excite l’imaginaire, incite à interpréter, à fantasmer, à s’échapper d’une réalité nouée au tragique. Le désir tend vers la mort. Barker en déploie la charge érotique.

« Howard Barker cherche un théâtre qui déborde la raison et passe par le corps. »

Le théâtre de Barker se dérobe au réalisme sans pour autant se résoudre à l’abstraction. Quelle ligne dramaturgique avez-vous tracé dans la mise en scène ?

J. V. : Elle passe notamment par la scénographie, un univers de glace, de lumière et d’électricité. La matière se transforme, fond peu à peu, se désagrège et se brise. L’espace produit ainsi une énergie et, par sa métamorphose, une émotion qui agit en contre-point ou en parallèle du texte. Und est prise dans ce dispositif inexorable qui s’acharne contre elle et souligne sa fragile humanité. L’univers sonore créé au plateau par Alexandre Meyer à la guitare électrique permet aussi de décoller de la littéralité pour ouvrir l’imaginaire. L’environnement musical prolonge la parole, la contredit ou la submerge, et fait vibrer l’ombre des mots.

Comment avez-vous abordé cette partition avec Natalie Dessay ?

J. V. : Nous avons cherché à tendre un fil au seuil de la rupture sans tomber dans l’hystérie. L’écriture de Barker travaille le son autant que le sens. Elle exige autant de virtuosité que de sensibilité. Natalie Dessay s’y confronte en s’appuyant sur la technique vocale du chant lyrique qui lui permet d’entrer dans ce texte très dense par le souffle, le rythme, l’organicité et la texture de la voix, de produire des harmoniques de sens qui restituent toute la richesse et la puissance de ce théâtre-là. Elle porte aussi en elle toutes les grandes figures tragiques du répertoire lyrique qu’elle a interprétées, ce qui lui donne une présence d’une forte intensité.

Entretien réalisé par Gwénola David

A propos de l'événement

Und
du Mardi 26 mai 2015 au Vendredi 5 juin 2015
CDR de Tours – Théâtre Olympia
7 Rue de Luce, 37000 Tours, France

à 20h, sauf jeudi 19h, samedi 17h, relâche dimanche. Tél. : 02 47 64 50 50. Texte français de Vanasay Khamphommala, publié aux éditions Théâtrales.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre