La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Festival

Machine sans cible

Machine sans cible - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 juin 2007

Gildas Milin crée Machine sans cible à Avignon, partition pour sept interprètes, un robot et une absente ! Nouvelle occasion pour cet artiste au talent original de croiser enquête scientifique, quête métaphysique et recherche théâtrale.

Quelle est la trame dramatique de cette nouvelle pièce ?

Gildas Milin : Un homme réunit chez lui des gens pour parler de l’amour et de l’intelligence. On attend une dernière invitée. Après une suite de solos sur le thème choisi, l’organisateur de la soirée prend la parole et se lance dans une interrogation sur le paranormal et tous ces phénomènes qui excèdent le terrain de la mécanique quantique, de l’infiniment petit, dont on connaît les effets mais pas les causes. L’hôte présente à ses invités un robot se déplaçant conformément au hasard, inventé pour étudier la possibilité d’action de la pensée. Evoquant la théorie de l’empreinte de Lorenz, il explique comment des poussins ont été conditionnés pour considérer ce robot comme leur mère. On s’aperçoit que le robot, au bout de vingt minutes, se dirige deux fois et demi plus souvent que la normale vers l’oiseau l’appelant de sa cage. Ainsi, ce robot, censé être non influençable, se dirige vers un être qui lui envoie un message d’amour. Le téléphone sonne alors, annonçant que celle qu’on attend vient d’avoir un accident mortel. Tous se rendent à l’hôpital sauf leur hôte qui entame alors une sorte de rituel chaotique pour que son amie reste parmi les vivants. Lui apparaît son fantôme sous forme d’hologramme : il lui fait le don de lui-même en une déclaration d’amour total. Et quand son téléphone sonne, il se rend compte que le robot est à ses pieds…

« Déconditionner le regard du spectateur pour l’amener à regarder autrement. »

Est-ce le pouvoir de l’amour que vous interrogez dans cette pièce ?

G. M. : On sait que l’amour d’une mère accroît le développement du potentiel de ses enfants. Et si l’amour permettait cela ? La réflexion sur ce thème croise celle au sujet des mondes parallèles. Rose, l’absente qui est à l’hôpital, est embarquée dans un voyage multidimensionnel. Or, ceux qui font le récit des NDE (near death experiences) racontent tous l’impression reçue d’une lumière d’amour écrasante au-delà du mesurable et du rationnel. Les forces qui nous animent sont peut-être dictées par des dimensions qui traversent les nôtres. L’amour commence avec le fait de simplement regarder la personne aimée sans plaquer nos peurs sur elle. L’amour est une expérience de déconditionnement or le déconditionnement est justement ce qui permet le développement et le déploiement de l’intelligence. Si ce spectacle a une ambition, c’est justement de déconditionner le regard du spectateur pour l’amener à regarder autrement.

Ce déconditionnement du regard passe aussi par un travail scénographique.

G. M. : Bien sûr ! Le corps est beaucoup au travail dans ce spectacle. Quatre ou cinq types de jeux différents s’y mêlent et s’y entrechoquent : un jeu naturaliste, mais aussi de la danse, du chant, des émissions de signes très éloignés du réalisme. Quelque chose de singulier et d’étrange doit naître de cette réalisation, une histoire de douceur, une histoire insupportablement douce qui provoque un regard intelligent et amoureux chez le spectateur !

A propos de l'événement

Avignon 2007


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre