La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Le Voyage en Uruguay

Le Voyage en Uruguay - Critique sortie Théâtre Paris THEATRE DU LUCERNAIRE

Théâtre du Lucernaire / de Clément Hervieu-Léger / mes Daniel San Pedro

Publié le 27 septembre 2016 - N° 247

Seul en scène, Guillaume Ravoire illumine l’épopée familiale de Clément Hervieu-Léger. Un voyage initiatique entre la Normandie d’après-guerre et la pampa uruguayenne.

Dans les années 1950, la Ferme Neuve située à Beaumontel, dans l’Eure (27), était connue dans toute la région pour ses techniques d’élevage innovantes. Depuis 2010, le lieu connaît une seconde vie. Co-fondée par Daniel San Pedro et par Clément Hervieu-Léger, petit-fils de l’ancien directeur de la ferme et pensionnaire de la Comédie-Française, la compagnie des Petits-Champs y développe un projet théâtral dans une étable réhabilitée. Après avoir monté L’Épreuve de Marivaux et Yerma de Federico Garcia Lorca, Clément Hervieu-Léger a décidé d’écrire lui-même une pièce sur le monde rural : Le Voyage en Uruguay. Sous la forme d’un récit initiatique, il y raconte un épisode de l’histoire de la Ferme Neuve. Le départ du jeune Philippe, cousin du grand-père de l’auteur, pour l’Amérique latine. Interprété par Guillaume Ravoire, fidèle compagnon de la compagnie, Le Voyage en Uruguay n’a pas grand chose de l’épique que son titre laisse miroiter. Ni du romantisme de la grande époque des récits de voyage. Jeune paysan heureux dans sa campagne, Philippe n’a jamais mis les pieds hors de Normandie lorsque débarque à la ferme le riche éleveur uruguayen Hector Caorsi. Lequel décide de repartir dans sa pampa avec trois taureaux et deux vaches. Philippe est du voyage : pour veiller sur les passagers bovins, il embarque pour une longue traversée qui se déroulera sans heurts.

Une petite mythologie rurale

Si le but quelque peu absurde de cette traversée peut évoquer Amerika de Kafka, Le Voyage en Uruguay n’a rien du tragique kafkaïen. Au contraire, Guillaume Ravoire donne à cette petite aventure un tour vif et enjoué, quoique ponctuée de moments nostalgiques. À plusieurs reprises, le comédien cesse en effet d’incarner le joyeux Philippe au langage truffé de particularités locales pour prêter son visage juvénile aux paroles d’un enfant. Soit Clément Hervieu-Léger lui-même à l’âge de douze ans. Au moment où il perdait son grand-père. « Je connais cette histoire par cœur, mais je ne sais pas ce qui est vrai », répète souvent le protagoniste. Le Voyage en Uruguay relève autant du mythe familial que du témoignage. Dans un décor rudimentaire et champêtre – trois bottes de foin et quelques planches figurant une stalle – Guillaume Ravoire trouve la juste distance entre intimisme et verve oratoire. Grâce à son enthousiasme communicatif, les péripéties minuscules du garçon vacher sont élevées au rang d’événements. On rit de la robe tâchée de fumier d’une passagère anglaise. On frissonne lorsqu’un taureau s’échappe sur le pont du bateau. Sans doute la fable prend-elle toute son ampleur dans les campagnes que parcourt la compagnie. Mais dans la petite salle perchée du Paradis au Lucernaire, elle est aussi à son aise.

Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Le Voyage en Uruguay
du Mardi 27 septembre 2016 au Samedi 15 octobre 2016
THEATRE DU LUCERNAIRE
53 Rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris, France

à 21h, du mardi au samedi. Tel : 01 45 44 57 34.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre