La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Le geste épuré de Bernard Sobel avec « La Mort d’Empédocle ». Sublime !

Le geste épuré de Bernard Sobel avec  « La Mort d’Empédocle ». Sublime ! - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de l'Epée de bois
La Mort d’Empédocle, par Bernard Sobel. © Hervé Bellamy

Théâtre de l’Épée de Bois / de Johann-Christian-Friedrich Hölderlin

Publié le 27 janvier 2023 - N° 307

Bernard Sobel réunit un aréopage de comédiens de très haute vertu dans la salle en pierre du théâtre de l’Epée de Bois. Le jeu, le texte, le sens. Un geste épuré pour une partition exigeante. Sublime !

Un des plus grands metteurs en scène contemporains. Des comédiens exigeants, acérés, précis. Un texte foisonnant et richissime, inventif et rude, dont chaque réplique donne à penser. Pas de décor, sinon le mur en pierre du fond de scène et un sol, qui semble porter la trace de toutes les sandales qui l’ont foulé avant celles d’Empédocle. Un chœur composé de jeunes élèves, formés par Julie Brochen dans la nouvelle Thélème Théâtre Ecole. Autrement dit, tout ce qui fait le théâtre quand il ne s’embarrasse pas d’affèteries niaises, de bêtasseries de salon et de minauderies bien-pensantes. Transmission (par la chance offerte aux plus jeunes de côtoyer des maîtres du jeu), piété amicale (par l’hommage à François Tanguy en banderole d’avant-scène), exigence stricte qu’on s’impose à soi-même, comme on l’impose aux autres (ce que d’aucuns appelleraient vertu) : rares sont les spectacles accordant à ce point la forme et le fond. Il est question d’Empédocle, le penseur déçu par les hommes et les dieux, de la manière dont Pausanias, son disciple, lui demeure fidèle jusqu’à apprendre à le quitter, du suicide de celui qui préfère laisser derrière lui des orphelins, plutôt que de régner sur des esclaves. Mais ce spectacle atteste surtout de la manière dont on peut faire du théâtre en frères et sœurs de cœur, comme les chérissait Hölderlin.

Communauté substantielle

Julie Brochen (Délia) et Valentine Catzéflis (Panthéa) ouvrent la pièce par un dialogue poignant. Délia, la sage, connaît l’inconstance des emportements et suggère à Panthéa que sa passion illimitée pour Empédocle est trop grande pour elle. Les deux comédiennes placent d’emblée très haut la barre, et leur jeu est sidérant de vérité. La suite est à l’avenant, avec Claude Guyonnet (en alternance avec Marc Berman) et Gilles Masson, précis et clairs dans l’affrontement entre Hermocrate et Critias, qui débattent de la manière de se débarrasser du philosophe au charisme gênant. Autre sommet théâtral, le dialogue entre Empédocle (vibrant Matthieu Marie) et Pausanias (bouleversant Laurent Charpentier), où l’un recommande à l’autre la solitude austère de l’autonomie sans tutelle. Complétée par Asil Raïs, en Manès, et les jeunes comédiens du chœur, la distribution compose une « communauté substantielle », à l’instar de ce que Hegel écrivait des Grecs. Chaque comédien se met au service de l’idée du spectacle et œuvre à réaliser « l’invisible, la chose la plus élevée pour laquelle il travaille et qui lui donne son impulsion », qu’il rend effectif et « contribue lui-même à présenter et à maintenir. » Bernard Sobel, en collaboration avec Michèle Raoul Davis, scelle, avec ce spectacle, le talent dramaturgique et scénique dont il a maintes fois fait montre. Plus rien n’est à prouver. Tout reste à voir. Le rougeoiement du volcan inextinguible confirme que, pour les esprits supérieurs, l’avenir dure longtemps.

 

Catherine Robert

A propos de l'événement

La Mort d’Empédocle
du jeudi 19 janvier 2023 au dimanche 5 février 2023
Théâtre de l'Epée de bois
route du Champ de Manœuvre, 75012 Paris.

Du jeudi au samedi à 21h ; samedi et dimanche à 16h30. Tél. : 01 48 08 39 74.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre