La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Le Bal est au Monfort

Le Bal est au Monfort - Critique sortie Théâtre Paris Le Monfort
Le Bal est au Monfort CR : DR

Le Monfort / conception Jeanne Frenkel et Cosme Castro

Un West side story qui vire au Tarantino bricolé façon Gondry, Le Bal croise théâtre et cinéma dans un swing rafraîchissant mais pas assez entraînant.

Au départ, on ne sait pas très bien où l’on est – au bal, au théâtre, au cinéma ? –, où tout cela va nous mener. Ce qui est très agréable, il faut l’avouer. En entrant dans la vaste salle du Monfort, une musique plutôt funky résonne et ceux qu’on devine être des acteurs, sans en être tout à fait sûr, arpentent les travées, rigolards, légèrement électrisés par l’ambiance. On est loin des volumes assourdissants de Vincent Macaigne mais on se dit quand même que ce Bal va swinguer. Puis commence un rituel de cinéma : devant l’écran, le réalisateur prend la parole pour ce « soir de première » du Bal, appelle les comédiens du film qui va être projeté à se présenter devant le public, raconte avec eux quelques anecdotes sur la genèse du projet, sur le tournage et prononce les remerciements de rigueur. Le tout avec un naturel désarmant, feignant parfaitement le caractère spontané, improvisé du discours. Toute l’équipe des comédiens du Bal s’en retourne ensuite s’asseoir et le spectacle peut commencer : sur l’écran, le film déraille – il a été mal encodé – et la troupe décide donc de le refaire au débotté, en direct sur scène.

De nombreux clins d’œil à une culture cinéma pop

Si le plaisir consiste à ne pas trop savoir où tout cela nous mène, il est d’autre part largement entretenu par l’esprit rafraîchissant qui règne sur cette représentation. Une forme de désinvolture, une manière de ne pas se prendre au sérieux qui colle parfaitement à l’entreprise de cette bande de potes. La Comète est un groupe mené par Jeanne Frenkel et Cosme Castro, qui a commencé par tourner des films diffusés en direct sur Internet. Il y a chez eux le croisement de la passion pour l’art et la volonté de le pratiquer coûte que coûte, à la débrouille, de bricoler une aventure commune en s’affranchissant des lourds circuits de production. Une sorte de pratique artistique du fait maison qui colle parfaitement à cette génération de jeunes trentenaires ayant grandi avec le Web. Un esprit rigolard et festif souffle d’ailleurs tout le long du spectacle, à travers, notamment, de nombreux clins d’œil à une culture cinéma pop. Le Bal reprend ainsi la trame de West Side Story, se poursuit en thriller cocasse à la Kill Bill en passant par des poursuites à la James Bond et le vol d’un avion bricolé comme une voiture de Gondry qui percute la Lune façon fusée de Méliès. Accompagné en direct de la musique aux teintes jazzy d’un trio, Le Bal peine cependant à faire valser le spectateur parce qu’à force de collages et de bricolages, il lui manque une mélodie d’ensemble, un tempo entraînant et des lyrics qui vous racontent vraiment quelque chose. L’appel d’air que produit Le Bal dans la sphère (parfois confinée) du théâtre est donc largement nécessaire, et on a envie de le voir se renouveler. Dommage toutefois que de cet air ne soit pas né d’une chanson, que ce bal ne nous ait pas plus fait danser.

Eric Demey

A propos de l'événement

Le Bal est au Monfort
du Mardi 15 mai 2018 au Samedi 9 juin 2018
Le Monfort
106 rue Brancion, 75015 Paris.

à 20h30. Relâche les 17, 20, 21, 24, 27, 28, 31 mai et les 3, 4, 7 juin. Tel : 01 56 08 33 88. Durée : 1h15.


Mots-clefs :, ,

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction