Théâtre - Critique

Tragédies romaines

Interprété par des comédiens impressionnants, le jeu politique exposé, médiatisé, commenté, filmé, théâtralisé, apparaît fascinant et cruel. © Jan Versweyveld

Chaillot / d’après Shakespeare / mes Ivo Van Hove

Ivo van Hove revient à Chaillot avec une pièce particulièrement brillante, emblématique de son théâtre du présent. Un feuilleton implacable éclaire le maelström des conflits et des mécanismes politiques, à travers les trois tragédies romaines de Shakespeare. Une réussite magistrale !

Qu’il se confronte à des textes classiques ou contemporains (de Shakespeare à Arthur Miller), ou encore à des œuvres cinématographiques (de John Cassavetes à Ingmar Bergman ou récemment Luchino Visconti avec Les Damnés), Ivo van Hove s’attache toujours à faire résonner les tensions et les enjeux exprimés au cœur de notre présent, au cœur de notre fragile humanité qui allie les affects et l’esprit. En portant à la scène dans l’ordre chronologique de l’Histoire CoriolanJules césar puis Antoine et Cléopâtre, il entreprend de disséquer les mécanismes du pouvoir politique à travers l’émergence tumultueuse de la démocratie. Le pari est brillamment réussi. Grâce à une mise en scène précise et percutante, à un jeu époustouflant, et aussi à la science de Shakespeare qui choisit toujours l’infinie complexité humaine au détriment d’un simplisme parfois à la mode en ce moment, la distance historique fait apparaître avec d’autant plus d’acuité les problématiques politiques contemporaines. Sans surplomb et sans cynisme, mais avec une vérité saisissante.

Distance et acuité

Coriolan met en scène un dirigeant sourd aux désirs de la plèbe. Jules César relate l’ascension de César et le meurtre de l’Empereur par Brutus censé ainsi lutter contre la dictature (le discours de Marc-Antoine est absolument sidérant !). Puis Antoine et Cléopâtre entrelace tragiquement les impératifs politiques et amoureux. Ambitions, passions, trahisons… et toute puissance de la communication. Le metteur en scène installe les protagonistes dans une vaste salle des congrès ultra moderne, avec ordinateurs, actualités qui défilent, caméras live, écrans exposant les personnages et leurs discours, et canapés où les spectateurs sont invités à prendre place. Il est possible aussi de prendre un verre ou consulter ses mails. Riche d’images et d’informations, le plateau fragmenté et démultiplié invite chacun à aiguiser son regard et son intelligence. Très présentes, les femmes incarnent aussi des figures de pouvoir. Interprété par des comédiens impressionnants, le jeu politique exposé, médiatisé, commenté, filmé, théâtralisé, apparaît fascinant et cruel. Le monde entier est une scène : Shakespeare l’affirme dans Comme il vous plaira, et Ivo Van Hove prouve de manière éblouissante que la scène est un monde…

Agnès Santi

A propos de l'événement

Tragédies romaines
du Vendredi 29 juin 2018 au Jeudi 5 juillet 2018
Chaillot - Théâtre national de la danse
1 Place du Trocadéro, 75016 Paris.

Le 29 juin à 18h, le 30 juin à 15h30, le 1er juillet à 11h30, les 4 et 5 juillet à 18h. Tél : 01 53 65 30 00. Durée : 5h45 pauses comprises (on ne voit pas le temps passer). Spectacle vu lors du Festival d'Avignon 2008.


Mots-clefs :, ,

A lire aussi sur La Terrasse

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction