La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Ville

La Ville - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Colline
La scénographie figure l’espace mental de l’auteur. Crédit photo : Elisabeth Carecchio

La Colline / de Martin Crimp / Mise en scène de Rémy Barché

Publié le 26 novembre 2014 - N° 227

Le metteur en scène Rémy Barché poursuit son exploration de l’œuvre de Martin Crimp, passionnante et terriblement complexe…

Un couple, deux enfants, une jolie maison en ville, un coin de jardin. Une famille sans histoire. Clair est traductrice, auteur en devenir, Christopher informaticien dans une multinationale. Lorsqu’ils se retrouvent, seul à seul le soir, chacun tente de raconter un peu de sa journée, de ses impressions, de ses questions. Mais les mots glissent, s’échappent en sens multiples ou s’égarent sans écho dans l’immense vide qui les sépare. Un couple sans histoire… Situation banale dirait-on. Et pourtant le quotidien peu à peu s’effrite, une inquiétude étrange gagne doucement et tend les nœuds du suspens. Est-ce l’irruption de la voisine, Jenny, une infirmière bizarre qui vient raconter ses visions cauchemardesques de guerre totale ? Est-ce le désarroi de Christopher, licencié lors de la restructuration de son entreprise, qui cherche son utilité et perd le sens de sa vie ? Est-ce l’incroyable des aventures littéraires de Clair qui elle, au contraire, gagne le sentiment d’exister à travers la fiction qu’elle invente ? Ou bien l’absence silencieuse des enfants, censés pourtant chahuter bruyamment sur le gazon ? 

Fiction et réalité

Auteur majeur de la scène anglaise, Martin Crimp manie la langue à l’arme blanche et révèle, au revers des mots, la radiographie acerbe de notre société. Dans La Ville, pièce écrite en 2007, il met en scène le processus fictionnel de l’écriture en train d’advenir pour en faire l’outil d’un questionnement sur la réalité et sa perception aujourd’hui. Jouant avec humour de la résonance entre le sujet et la forme, il interroge la désincarnation d’un monde qui nous parvient par images, parfois truquées, la quête d’identité quand l’être se trouve dépouillé de son « personnage social » dessiné par l’emploi, tout autant que l’illusion théâtrale, non pas en renonçant à ses artifices mais bien au contraire en s’en servant. Il pousse ainsi la fiction aux lisières du réel, là où l’imaginaire finit par corroder la réalité… et inversement. Tel théâtre se révèle éminemment complexe à mettre en scène pour en restituer toute la profondeur de sens. Rémy Barché, jeune artiste associé à la Comédie de Reims, s’y essaie, dans une scénographie abstraite, espace mental qui laisse poindre le fantastique au gré d’apparitions et de distorsions des objets. Si le dessin d’ensemble ne manque pas d’idées, les acteurs peinent encore à trouver le juste ton pour interpréter une partition tissée avec tant de subtilité et tracer leur trajectoire. Manquent ici le trouble, l’ambivalence. La déflagration sourde du théâtre de Crimp.

 

Gwénola David

A propos de l'événement

La Ville
du Jeudi 27 novembre 2014 au Samedi 10 janvier 2015
Théâtre de la Colline
15 Rue Malte Brun, 75020 Paris, France

Jusqu’au 20 décembre 2014, à 21h, sauf mardi à 19h et dimanche à 16h, relâche lundi, représentations supplémentaires les samedis 13 et 20 décembre à 16h. Puis du 7 au 10 janvier 2015 au Théâtre national de Toulouse. Durée 1h45. Spectacle vu au Théâtre-Studio de Vitry-sur-Seine, dans une version dite « unplugged ».


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre