La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

La Ribot, une œuvre et ses métamorphoses

La Ribot, une œuvre et ses métamorphoses - Critique sortie Danse Paris Centre Pompidou
Crédit : Alfred Mauve La Ribot se distingue dans un portrait que lui consacre le Festival d’Automne.

Gros plan
Festival d’Automne / portrait

Publié le 27 août 2019 - N° 279

L’artiste espagnole n’a jamais cessé de susciter la curiosité, avec une œuvre foisonnante aux multiples formats. Le coup de projecteur du Festival d’Automne en dévoile différents aspects, jusqu’à ses plus méconnus.

L’exposition Se Vende, conçue en deux parties entre le Centre Pompidou et le Centre National de la Danse, permet de découvrir, parmi les photos et les vidéos, quelques éléments habituellement cachés comme les cahiers d’artistes de La Ribot, ou les références qui alimentent son travail. Un pas de plus pour se plonger dans son univers, que le grand public a d’abord découvert dans ses Pièces distinguées dans les années 1990 : une série de solos qui la mettaient en scène avec des objets du quotidien, dans une approche très performative et conceptuelle de l’art. On aurait pu la ranger parmi les plasticiennes, mais on ne pouvait oublier ni sa formation de danseuse, ni la place importante qu’elle donnait au corps dans ses prestations. Principe et démarche qu’elle n’a jamais abandonnés, puisque multipliés à l’envi et avec d’autres interprètes pour un jour dit-elle en réaliser jusqu’à 100. Le focus du Festival d’Automne permet au spectateur, dans un temps record, de traverser un maximum de ses pièces, avec Panoramix qui offre une anthologie des trois premières séries créées pendant 10 ans, et Another distinguée, qui regroupe 8 pièces réalisées 16 ans plus tard.

De l’espace du musée à la scène

Mais là n’est pas toute l’œuvre de l’Espagnole. Une création constituera l’événement de ce temps fort, avec un casting particulièrement attirant : plusieurs années après Gustavia, La Ribot retrouve sur scène Mathilde Monnier, pour Please Please Please, qui convoque également des textes de Tiago Rodrigues écrits pour l’occasion. Deux autres projets montreront l’engagement de l’artiste. Sa performance Laughing Hole, toute de pancartes brandies, s’attaque à la prison de Guantanamo. Happy Island, davantage poétique, est un travail qui exalte la liberté, conçu avec la compagnie de danse Dançando com a Diferença, dont la plupart des interprètes sont en situation de handicap.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Panoramix
du Samedi 14 septembre 2019 au Dimanche 22 septembre 2019
Centre Pompidou
Place Georges Pompidou, 75004, France

Another Distinguée, du 13 au 16 novembre 2019 au CentQuatre.


Se Vende, partie 1, du 14 au 27 septembre 2019 au Centre Pompidou.


Se Vende, partie 2, du 5 octobre au 16 novembre 2019 au Centre National de La Danse.


Laughing Hole, le 5 novembre 2019 de 15h à 21h au Centre National de la Danse.


Happy Island, du 7 au 9 novembre 2019 au Centre National de La Danse.


Please Please Please, le 15 octobre 2019 à 20h à l’Espace 1789, et du 17 au 20 octobre au Centre Pompidou.


Festival d’Automne à Paris. Tel : 01 53 45 17 17.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse