La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

SHALL WE DANCE?

La réforme des diplômes en danse

La réforme des diplômes en danse - Critique sortie Danse
Les étudiants du CNDC en répétition.

brève

Publié le 27 février 2016

La réforme des diplômes en danse a eu lieu en 2012, et semble appréciée des étudiants et des enseignants. Le hip-hop devrait s’aligner sur la réforme. Quels en sont les enjeux ?

Précédé par le DE créé en 1989, (diplôme d’enseignement), le DNSP (diplôme national supérieur professionnel), à partir de 2012, valide l’acquisition des connaissances et des compétences générales et professionnelles correspondant à l’exercice du métier de danseur. Accessible sur concours aux jeunes candidats disposant d’une solide formation initiale en danse, il sanctionne 6 semestres de formation dispensée dans sept établissements. L’Opéra de Paris, les Ecoles de Cannes et de Marseille, les CNSM de Paris et de Lyon, le CNDC d’Angers, le Pôle Supérieur de Paris Boulogne-Billancourt. Pour Claire Rousier, la directrice du CNDC, le DNSP est « un plus, plutôt qu’une exigence. Certains danseurs ne passent pas par lui. Or, vu que la carrière moyenne d’un interprète cesse au bout de sept ans, le DNSP assure, outre ses compétences théoriques et pratiques gratuites, sa reconversion. » Certains tirent parti de relations avec des chorégraphes dans leur centres de formation.

La construction d’un parcours professionnel

Comme le souligne Yohann Baran, étudiant au CNDC : « nous n’avons pas forcément l’occasion de parler à des chorégraphes. Grâce à leurs créations chez nous, nous pouvons tisser des affinités et comprendre les qualités requises par eux. » Sur deux ou trois années selon les centres, à raison de 11000 heures d’enseignement par an, les jeunes naviguent entre les cours de danse et les universités. Titulaires du baccalauréat ou de son équivalence, les jeunes vont ainsi se former au même titre que des étudiants non danseurs. La vraie question n’est donc pas celle de l’exigence du DNSP, mais celle de la reconnaissance, de l’insertion et de la reconversion qu’offre ce vivier. Le DNSP consiste en ce sens en un parcours professionnel. Charlotte Louvel, étudiante au CNDC, rappelle que « le cadre du DNSP nous soutient dans notre détermination. Il nous procure une confiance en l’avenir, et les professeurs de l’Université adaptent leur enseignement à notre cas. » Yohann Baran, lui, apprécie « les cours de sociologie, qui nous apprennent la manière dont la société nous perçoit. » Aujourd’hui, la mise en place d’un diplôme en danse hip hop fait débat, certains redoutant une institutionnalisation contraire à la créativité du mouvement. Le ministère assure qu’« au même titre que le contemporain en son temps, les oppositions et inquiétudes seront largement calmées ».  A suivre…

Bérengère Alfort

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse