La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Place au cirque !

Instable

Instable - Critique sortie Cirque La Plaine Saint-Denis Académie Fratellini
© Tomas Amorim Nicolas Fraiseau dans Instable.

Académie Fratellini, Festival Spring / de et par Nicolas Fraiseau

Accompagné et mis en scène et par Christophe Huysman de la compagnie Les Hommes Penchés, Nicolas Fraiseau signe une subtile première création. Un seul en scène où, en prise avec un mât chinois, il dit sa fragilité. Et par là, celle de l’époque.

C’est fin 2016, au milieu des arbres et des rochers de Vanavara, spectacle de fin d’études de la 28ème promotion du Centre National des Arts du Cirque (CNAC) mis en scène Gaëtan Lévêque, que l’on découvre Nicolas Fraiseau. À sa manière de s’extraire de la singulière tribu formée par les quinze jeunes artistes, à la fin de la pièce, on pouvait se douter qu’on reverrait bientôt sa figure de songeur éveillé : lorsqu’il se retrouve seul en piste avec son mât chinois, il se passe quelque chose de spécial. Un dialogue muet, une lutte passionnée dans laquelle, lors de la présentation des projets personnels des élèves du CNAC, Christophe Huysman décèle le questionnement et la fragilité qui l’intéressent dans le cirque. Fidèle à la mission qu’il s’est donné à la tête de sa compagnie Les Hommes Penchés, il décide d’accompagner Nicolas Fraiseau dans le développement de sa conversation avec son agrès. Et de mettre en scène le résultat de ce travail, qui confirme son intuition. Dans Instable, le jeune circassien donne non seulement au mât chinois une autonomie qui lui est encore assez rarement offerte dans le cirque actuel, mais il le fait avec l’exigence et la folie du rêve qui a motivé son projet : celui d’« accrocher un mât sur une ligne presque invisible qui était un fil de fer ». Sur sa tige métallique, Nicolas Fraiseau côtoie l’absurde avec une grâce qu’il laisse opérer sans chercher à la souligner. Suspendu entre comique et tragique.

Un homme perché

Le mât de Nicolas Fraiseau n’a pas fière allure. Lorsque l’artiste entre sur sa piste aussi bricolée qu’un sol de chantier, il n’a en effet rien du fier axe vertical maintenu par des sangles auquel nous a habitués le nouveau cirque. Séparées les unes des autres, une base en pied de parasol et deux barres de métal semblent narguer l’acrobate. Le défier de rejoindre le sommet du chapiteau. De tout son corps, Nicolas Fraiseau se plie à l’injonction des pièces détachées dont, après moult accidents superbement contrôlés, il finit par faire quelque chose qui ressemble à un véritable agrès. La stabilité en moins. Ne s’épargnant aucune chute, le circassien entame alors la quête d’un équilibre même provisoire. Même précaire. Si Instable ne repose sur aucune narration à proprement parler, le rapport de l’homme à son mât évolue ainsi de manière subtile tout au long de la pièce. D’où une tension dramatique dont on sait d’emblée qu’elle ne sera jamais tout à fait résolue. Car chez Nicolas Fraiseau, l’ascension n’est pas très différente de la dégringolade. C’en est une variante qui sert la même inquiétude et la même fragilité. La même attirance vers un point limite : celui où le cirque s’annule face à la méditation et à la pensée.

Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Instable
du Jeudi 11 octobre 2018 au Dimanche 14 octobre 2018
Académie Fratellini
1-9 rue des Cheminots, 93210 La Plaine-Saint-Denis

le 11 octobre à 20h, le 14 à 16h. Tel : 01 72 59 40 30. www.academie-fratellini.com. Également au Festival Spring en mars-avril et aux Subsistances à Lyon.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant