La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -279-La Criée ~ Théâtre national de Marseille

Rencontre avec Macha Makeïeff : A l’écoute des bruits du monde

Rencontre avec Macha Makeïeff : A l’écoute des bruits du monde - Critique sortie Théâtre Marseille La Criée - Théâtre National de Marseille
Visuel Macha Makeïeff (© Olivier Metzger) : Macha Makeïeff, directrice du Théâtre de La criée.

Entretien / Macha Makeïeff

Publié le 21 août 2019 - N° 279

En intitulant sa nouvelle saison « D’autres mondes et ailleurs… », Macha Makeïeff réaffirme sa volonté de faire entendre, à travers l’imaginaire de la scène, les bruits et les échos de nos existences.

Quel est cet ailleurs vers lequel ouvre la nouvelle saison de La Criée ?

Macha Makeïeff : C’est l’ailleurs artistique qui répercute les bruits du monde. Il faut pouvoir entendre ces bruits-là, même s’ils révèlent parfois des réalités grinçantes et tourmentées. Ces ailleurs s’incarnent à travers la fiction, la part plastique du théâtre, le surnaturel : ces choses qui racontent le réel, tout en nous faisant passer de l’autre côté du miroir.

Vous avez créé, au Festival d’Avignon, Lewis versus Alice, que vous présentez cette saison à La Criée. Qu’avez-vous voulu éclairer de l’univers de Lewis Carroll, l’auteur d’Alice au pays des merveilles ?

M.M. : Avant même son œuvre, c’est l’homme et son rapport à l’enfance qui m’intéressent. Lewis versus Alice est une nouvelle occasion de revenir à quelque chose qui a toujours été très présent dans ma vie : le point de vue du monde que l’on a lorsqu’on est enfant. Ce qui revient à regarder ce qui nous entoure avec une forme d’acuité, mais aussi un tourment, une inquiétude vis-à-vis de l’univers des adultes. Lewis Carroll va vers le surnaturel. Il raconte ce que le monde a d’incertain.

 Quel univers scénographique avez-vous imaginé ?

M.M. : Une sorte de grande volière, battue des vents, sans porte et sans fenêtre. Une volière à ciel ouvert où les rêves peuvent entrer, sortir, circuler, où tout est mouvant, où on chante, on danse, on rit, on fait de la magie… Chaque personnage se demande s’il est réveillé ou s’il dort, s’il ne fait pas partie d’un rêve. Lewis versus Alice est un hommage rendu à l’excentricité anglaise. C’est une façon de parler de la vie et de la création artistique. Est-ce qu’on est vraiment là ? Est-ce que la vie est un rêve ? On ne sait pas…

« Il faut mettre la pensée au cœur des choses... »

Parallèlement à ce spectacle, vous présentez l’exposition Trouble Fête – Collections curieuses et Choses inquiètes jusqu’au 14 décembre à la Maison Jean-Vilar, à Avignon, et vous publiez Zone céleste chez Actes Sud…

M.M. : Oui, la conjonction de ces trois choses est le fruit du hasard. En ce qui concerne Zone Céleste, c’est une demande de Claire David, d’Actes Sud, qui souhaitait publier un nouvel ouvrage sur mon travail. Je lui ai proposé d’écrire un livre qui pourrait accompagner Lewis versus Alice, création à laquelle j’étais en train de réfléchir. Dans ce livre, il y a donc les préparatifs de ce spectacle, mais aussi les éléments qui allaient composer l’exposition Trouble Fête. Ces trois propositions se répondent comme trois échos, à un moment donné, d’un état des lieux de la chose artistique.

De quoi est constituée cette exposition ?

M.M. : De choses que j’ai fabriquées moi-même ces dernières années. Mais aussi d’autres objets et de textes. Tous ces éléments racontent une histoire. Ce qui m’intéresse, c’est la traversée que font les visiteurs ou les visiteuses à la Maison Jean-Vilar. Il s’agit d’un voyage d’inquiétude, un voyage d’étrangeté…

En septembre, va paraître le deuxième numéro de CRI-CRI. Comment est née cette revue ?

M.M. : L’idée était de mettre ensemble des intellectuels, des historiens, des anthropologues, des universitaires, des penseurs, des philosophes, des artistes… Ce n’est pas une revue de théâtre, mais une revue depuis un théâtre, une revue dans un théâtre, dont le rédacteur en chef est le psychanalyste Hervé Castanet. On a tous besoin d’être éclairés. Les penseurs ont besoin des artistes et les artistes ont besoin de la pensée. Il faut mettre la pensée au cœur des choses : la pensée élaborée, la pensée exigeante.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Lewis versus Alice
du Mercredi 27 novembre 2019 au Samedi 7 décembre 2019
La Criée - Théâtre National de Marseille
30 quai de Rive Neuve, 13007 Marseille.

Tél. 04 91 54 70 54.


www.theatre-lacriee.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre