La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -171-criee

Renaud Marie Leblanc

Renaud Marie Leblanc - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 octobre 2009

Epure tragique

Après plusieurs créations autour de textes contemporains, Renaud Marie Leblanc s’attaque à un monument du théâtre classique : Phèdre de Racine.

« Phèdre me fascine depuis mon entrée dans l’âge adulte. Mais j’ai relu Britannicus il y a deux ans, et je ne comprenais plus rien à l’alexandrin ! Je me suis demandé : les textes classiques ne sont-ils que des objets littéraires sublimes ou bien nous parlent-ils encore ? Pour moi, la modernité du texte réside dans ses personnages. Plongés dans les affres du désir et de la passion, ils produisent eux-mêmes leurs dérèglements.
Dans leur bouche, l’alexandrin souligne la tension entre le désir qui brûle et le carcan de la langue qui verrouille. Racine écrivait en prose. Avant de retravailler en alexandrin, parce que c’était la langue obligée. Quand on décide de monter Phèdre, on se dit qu’on va faire ce que personne n’a fait auparavant. Mais la pièce est moins référencée qu’on ne le croit. A Marseille, elle n’a pas été montée depuis le début des années 90 ! De plus, comme le souligne Barthes, Racine résiste. Pour représenter ses pièces, on ne peut pas sortir d’un espace clos. Cet espace clos, sorte de métaphore du théâtre, sera pour nous un espace mental dans lesquels les personnages se battent. Ce sera une proposition simple et assez épurée. »
 
Propos recueillis par Eric Demey


Phèdre de Racine, mise en scène de Renaud-Marie Leblanc. Du 9 au 19 décembre 2009.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre