La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -186-biennale

Paco Decina

Paco Decina - Critique sortie Danse
© Laurent Philippe Paco Decina dans Non Finito.

Publié le 10 mars 2011

Non Finito sculpte l’espace

Comment parler de l’état d’inachèvement d’une œuvre d’art ? Paco Dècina explore le concept de “Non Finito“ à travers la danse.

« Le concept de Non Finito est apparu en Italie à la Renaissance dans la sculpture avec Michel-Ange. Je me suis attaché à cet aspect plastique qui met en relief la matière. Le titre est très important pour moi car il fonde le départ de toute ma dramaturgie : c’est un terrain d’expérimentation à l’intérieur duquel je vais découvrir des choses que je ne connais pas encore. J’ai travaillé comme si j’étais en train de former une matière, par des impulsions des doigts comme un sculpteur, ou des pinceaux comme un peintre. Je me suis concentré sur les différents rythmes à l’intérieur de cette matière plutôt que sur la forme qui allait émerger. C’est une danse très traversée, très libre. La musique aussi résonne comme une matière plutôt que comme une mélodie finie. La lumière a été longuement pensée avec la vidéo, quasiment sans images, lumière qui structure les corps, parfois les diffuse, les prolonge, les efface… L’individualité qui pouvait encore exister dans Fresque, une précédente pièce, ne se retrouve presque plus dans Non Finito : c’est davantage une pièce de groupe où l’interprète perd son espace individuel pour retrouver du collectif, mélangé aux autres et à l’espace. »
 
Propos recueillis par Nathalie Yokel


Non Finito de Paco Dècina, le 5 mars à 21h et le 6 mars à 16h au Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse