La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -207-Théâtre des Quartiers d’Ivry

LE TQI, Théâtre des Quartiers du Monde

LE TQI, Théâtre des Quartiers du Monde - Critique sortie Théâtre Ivry-sur-Seine STUDIO CASANOVA IVRY
Crédit photos : Nabil Boutros , Légende : L'actrice Louise Lemoine Torrès, dans ORE.

Publié le 1 mars 2013 - N° 207

Mélange des cultures et écoute des marges, tel est le credo du TQI, qui ne se contente pas d’accueillir des artistes étrangers en tournée, mais développe avec eux des partenariats créatifs pérennes, pour provoquer des rencontres inédites et enrichir la réflexion et les pratiques théâtrales.

La banlieue du monde

Né en Egypte, Adel Hakim, le directeur du TQI, a passé son adolescence au Liban et a travaillé et vécu dans une quinzaine de pays. « D’une certaine manière, je suis un banlieusard du monde », dit-il. « Il y a les pays centraux, puissants, qui dictent l’idéologie du monde, et il y a tous les pays périphériques qui sont comme les banlieues du monde : j’ai toujours vécu sur ces périphéries. » Ignorer ces périphéries du monde serait ignorer une très grande partie de l’humanité, d’autant que « ces cultures, très différentes des cultures centrales, ont beaucoup de liens entre elles : le chamanisme entre le Kirghizistan et le Mexique, par exemple. Ces populations qui ont été colonisées ont des racines très profondes qui se rejoignent à travers les continents, et des liens mystérieux entre elles. »

Du Chili au Kirghizistan, d’Amérique en Afrique

« Les vrais échanges ont commencé en 1997, quand j’ai été invité au Chili à un colloque, organisé par l’Institut Français et l’Université Catholique, qui réunissait des auteurs et des metteurs en scène français et chiliens. L’Université Catholique m’a ensuite invité à animer des ateliers. Puis, de fil en aiguille, j’ai développé des liens avec le Mexique, l’Argentine, le Pérou, l’Uruguay. » En 2003, le TQI est devenu CDN : il a alors eu les moyens d’inscrire dans ses missions cette dimension de collaboration avec ces pays périphériques. La première grande expérience du Théâtre des Quartiers du Monde a été la création de La Toison d’or, à Bichkek, au Kirghizistan. « Monter cette pièce sur Jason et Médée, héros qui appartiennent à deux cultures différentes, a été une expérience très forte, dit Adel Hakim. Lorsqu’on a joué La Toison d’or à Ivry, le public a découvert ces acteurs absolument remarquables, qui semblaient sortir d’un film de Kurosawa, et leur exceptionnelle puissance physique et émotionnelle. » Ont suivi : l’Amérique latine, avec le festival ¿Qué tal ?, voyage à travers les écritures sud-américaines, l’Afrique, avec Brûlots d’Afrique, les Palestiniens du Théâtre National Palestinien avec la vibrante Antigone, mise en scène par Adel Hakim, et Le Collier d’Hélène, mis en scène par Nabil el Azan. Le TQI a aussi organisé de nombreuses manifestations autour du Moyen-Orient : des premières mises en espace en France des textes de Saadallah Wannous à celles de l’œuvre de Mahmoud Darwich.

L’exception française

« Je suis un homme du peuple et des peuples du Tiers Monde, dit Adel Hakim, mais méthodologiquement, intellectuellement, artistiquement, quant aux moyens, je dois beaucoup à la France. Que la France permette ce genre de collaboration constitue un privilège qu’il faut partager avec ceux qui ne l’ont pas. »

Travailler ensemble

Les choses se font sur la durée et murissent progressivement. « Il ne s’agit ni de produire des coups, ni d’explorer les régions du monde les unes après les autres. Par exemple, je connais Gabriel Calderón depuis six ans. A chaque fois, il faut trouver la manière adéquate de la collaboration, sur le long terme, avec des allers et retours entre les deux pays. Ainsi, avec le Théâtre National Palestinien, nous avons un projet pour 2016 qui va se concrétiser en trois ans. » La programmation étrangère ne suffit pas à définir l’esprit du projet, qui comporte aussi des stages, des ateliers, des rencontres, des temps de réflexion et d’échanges. De plus, « tout le travail fait à l’étranger nourrit l’identité française du TQI, par la découverte d’autres imaginaires et d’autres énergies, et par le partage du plateau et des expériences. »

Enrichissement mutuel

Le public, très curieux de voir comment le théâtre peut s’exprimer dans d’autres pays, découvre avec passion des aspects du monde qu’il ne connaît pas. Ces découvertes nourrissent aussi les artistes. « Kirghizes ou Palestiniens ont une formidable puissance tragique car ils vivent la tragédie au quotidien, dit Adel Hakim. C’est presque évident de la jouer, pour eux. Quand je travaille avec des acteurs français, j’essaie de retrouver cette énergie. « Il n’y a pas d’art qui ne soit ancré dans du réel », disait Pasolini. »

 

Catherine Robert

A propos de l'événement

Radical Calderón – trilogie uruguayenne
du Lundi 18 mars 2013 au Dimanche 21 avril 2013
STUDIO CASANOVA IVRY
69, avenue Danielle-Casanova, 94200 Ivry-sur-Seine
Théâtre des Quartiers d’Ivry. Studio Casanova, 69, avenue Danielle-Casanova, 94200 Ivry-sur-Seine. Tél. : 01 43 90 11 11. Renseignements sur www.theatre-quartiers-ivry.com
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre