La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -174-mc93

KARIN BEIER

KARIN BEIER - Critique sortie Théâtre

MEDEE OU L’ALIENATION DES HOMMES ET DES FEMMES

AVEC QUATRE COMEDIENS AU JEU TRES PHYSIQUE, DONT MARIA SCHRADER DANS LE ROLE-TITRE, LA MISE EN SCENE DE KARIN BEIER DU TEXTE DE FRANZ GRILLPARZER (1791-1872) COMBINE RIGUEUR FORMELLE ET PROFONDEUR PSYCHOLOGIQUE. BOULEVERSANTE MODERNITE…

« Le problème essentiel de l’autodétermination et de l’autonomie de la personne humaine structure la pièce. » Karin Beier
 
Pourquoi avez-vous choisi de mettre en scène le texte de Franz Grillparzer sur le mythe de Médée ? Quelles sont les spécificités de ce texte ?
Karin Beier : A la différence de beaucoup d’autres textes plus connus, celui de Franz Grillparzer n’a pas pour sujet la lutte ou la différence entre deux cultures mais plutôt l’aliénation des hommes et des femmes. Le problème essentiel de l’autodétermination et de l’autonomie de la personne humaine structure la pièce. Dès la première scène Médée décide de ce qu’elle veut faire – et fera par la suite. Ce thème traverse toute la trilogie.
 
Médée quitte tout pour Jason. Comment intervient l’amour dans l’histoire ?
K. B. : Il faut connaître les antécédents de Médée, son innocence, sa liberté et sa confiance, avant le déclenchement de la tragédie. Nous savons à combien de choses Médée renonce en faveur de cet amour auquel elle s’adonne tout entière. Elle quitte tous ses repères, sa famille et son pays. Cet amour est hautement destructif. Jason comme Médée considèrent l’amour comme la renonciation au droit naturel à disposer d’eux-mêmes. L’amour semble réduire l’autonomie des protagonistes ou la mettre en question.
 
L’inadaptation à un monde étranger est-elle un thème majeur de la pièce ?
K. B. : Ce qui m’a intéressée en premier lieu, ce sont les rapports homme-femme, père-fille, frère-sœur, les rapports d’une famille aux relents d’inceste et de culpabilité, ainsi que les questions de pouvoir politique et de structure économique. Les rapports avec le monde étranger ne sont traités de manière centrale que dans la troisième partie. Ils ne s’établissent qu’après la rupture des relations entre les personnages, qui rend plus facile la tentative de compréhension et d’assimilation à ce qui leur est étranger. Nous racontons une histoire dans laquelle les personnages font déboucher la lutte des sexes dans l’incompatibilité des cultures différentes.

Propos recueillis par Agnès Santi


La Toison d’Or, L’Invité, Les Argonautes, Médée, texte Franz Grillparzer, mise en scène Karin Beier, les 18 et 19 février à 20h. Spectacle en allemand surtitré.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre