La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -170-tours

Jean-Yves Ossonce

Jean-Yves Ossonce - Critique sortie Théâtre
Crédit Photo : Benjamin Dubuis Légende : « Jean-Yves Ossonce »

Publié le 10 septembre 2009

Un opéra public militant

Après avoir dirigé en juin dernier Pastorale de Gérard Pesson au Théâtre du Châtelet, Jean-Yves Ossonce s’apprête à retrouver l’Opéra de Tours qu’il dirige depuis dix ans.

« La programmation de l’Opéra de Tours ne se limite pas aux tubes. J’aime redonner des opérettes ou des comédies musicales tombées dans l’oubli, comme L’Amour masqué de Messager ou Mozart de Hahn. Nous remontons aussi de grands ouvrages méconnus, comme Le Pays de Ropartz. Par ailleurs, la marque de fabrique de l’Opéra de Tours se trouve dans les distributions vocales. On peut y entendre les jeunes talents du chant français. En 1991, Natalie Dessay, alors quasiment inconnue, chantait dans L’Enlèvement au sérail de Mozart. En 2000, Jean-Sébastien Bou a fait son premier Pelléas. J’aime avoir une longueur d’avance dans la découverte des chanteurs ! En ce qui concerne la mise en scène, j’ai mes goûts personnels – je préfère Patrice Chéreau à Franco Zeffirelli – mais je ne limite pas la ligne artistique à mes envies. Une chose est sûre : je cherche des metteurs en scène qui savent faire travailler les chanteurs.
 
Un chef d’orchestre à l’esprit de découverte
 
J’ai noué un lien étroit avec Gilles Bouillon, qui dirige le Centre dramatique régional de Tours. J’apprécie particulièrement son exigence. Alain Garichot ou Sandrine Anglade ont également collaboré avec nous. Quand j’ai été nommé à la direction de l’Opéra de Tours, j’ai souhaité d’emblée réunir le lyrique et le symphonique. L’Orchestre de l’Opéra est par ailleurs, depuis 2002, missionné pour donner des concerts dans la Région Centre. La formation réalise un vrai travail d’ouverture sociale, à destination des jeunes, des personnes handicapées, des populations défavorisées… En 2009/2010, nous présenterons six opéras : La Clémence de Titus de Mozart, Pas sur la bouche de Yvain, une soirée spéciale Menotti, Les Capulets et les Montaigus de Bellini, une reprise du Dialogue des Carmélites de Poulenc et une nouvelle production de Tosca de Puccini. Quant au symphonique, il faut signaler un concert autour du jazz et la venue de grands solistes, parmi lesquels Renaud Capuçon, Paul Meyer et Marie-Nicole Lemieux. »
 
Propos recueillis par Antoine Pecqueur


Opéra de Tours. Informations au 02 47 60 20 20 et sur www.operadetours.fr

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre