La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -183-gospel

Georgie

Georgie - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 10 décembre 2010

La grande sœur

Portrait d’une personnalité et une présence essentielles du chœur depuis près de quinze ans.

C’est comme si l’expression « petit bout de femme » avait été inventée pour elle. Pourtant celle qui semble si timide quand il s’agit de répondre aux questions se révèle sur scène bien plus expansive. Le chant est son domaine. Georgie est tombée dans la marmite quand elle était toute petite en Guyane. « Je chantais dans mon berceau, en faisant la vaisselle, dans la salle de bain… bref partout et tout le temps ! » Mais au départ, c’était plutôt un violon d’Ingres – la jeune femme avait plutôt jeté son dévolu sur la danse. Tout change quand elle débarque en métropole. Georgie tombe malade et se donne « la foi et la musique » pour s’en sortir. Naturellement, elle découvre le gospel, mais dans une chorale qui ne lui convient pas. « Une personne de Gospel Dream m’a dit : “viens dans un groupe où les gens sont vraiment très sympas et où il y a une véritable ambiance familiale.” J’ai auditionné et j’ai été prise en 1997. » Au sein de cette famille, « chacun s’intéresse vraiment à l’autre ; je m’y sens bien et je resterai » déclare-t-elle. Pour Georgie, si le gospel représente la foi, c’est aussi un échange entre les chanteurs et le public. « Grâce à notre attitude, les gens peuvent saisir notre message, même s’ils ne sont pas anglophones. De notre côté on se nourrit énormément de l’énergie dégagée par le public. » 
M.D.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques