La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -191-top

FREDERIC MARAGNANI

FREDERIC MARAGNANI - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 octobre 2011

UN CONDENSÉ DE VIE

DIX-SEPT ANS APRES AVOIR UNE PREMIERE FOIS MIS EN SCENE LA PIECE DE CARLO GOLDONI, FREDERIC MARAGNANI CREE UNE NOUVELLE VERSION DE BAROUF A CHIOGGIA.

«Une des choses qui, au théâtre, m’intéresse le plus c’est l’oralité. Je constate que ce que je recherche depuis toujours, ce sont les auteurs qui mettent en jeu les voix, la restitution d’une langue, le « pia-pia » du quotidien, les archétypes de la parole, les sociolectes liés aux classes sociales : tout ces bruits et ces sons qui donnent à entendre l’état d’une société. Cette parole reconstituée devient quasi mythologique et éternelle par la force poétique. Ayant beaucoup exploré les écritures contemporaines, je m’aperçois que, même si les outils et les formes ont changé, l’intention d’un Goldoni, au xviiie siècle, est identique à celle de ces auteurs d’aujourd’hui : restituer une parole scénique de ce qui est entendu autour de soi dans le temps présent. C’est précisément pour le jaillissement continu de la parole que cette pièce génère, que j’ai choisi de mettre une nouvelle fois en scène Barouf à Chioggia. Je souhaite, pour ce nouveau spectacle, un rythme soutenu, un air saturé entre les mots et les situations, une exécution rapide et tragicomique. Un condensé bouillonnant de vie qui, à l’instar de l’œuvre de Goldoni, pose les bases d’un théâtre de satire sociale, d’une sorte de théâtre de l’instant humaniste et généreux.»

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat


Baroufs, de Carlo Goldoni ; mise en scène
de Frédéric Maragnani. Du 6 au 16 octobre 2011.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre