La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -231-FESTIVAL DE SAINT~DENIS 2015

Direction agogique

Direction agogique - Critique sortie Classique / Opéra saint denis
© D. R.

CONCERT D’OUVERTURE / BASILIQUE / Entretien Jérémie Rhorer

Publié le 25 mars 2015 - N° 231

Le jeune chef d’orchestre dirige pour la première fois l’Orchestre national de France, avec au programme, Le Paradis et la Péri de Schumann.

Pourquoi Le Paradis et la Péri de Schumann est-il rarement donné en concert ?

Jérémie Rhorer : Il a longtemps été d’usage de dire que les œuvres de Schumann souffraient d’un déficit de clarté orchestrale.  Par ailleurs, une tradition d’interprétation a eu tendance à alourdir l’œuvre, par des choix de tempi notamment. Or cette partition est une grande réussite ; d’ailleurs, Schumann lui-même la considérait comme l’une de ses meilleures œuvres. Bien plus que ses opéras, Le Paradis et la Péri montre le talent dramatique de Schumann.

« Le Paradis et la Péri montre le talent dramatique de Schumann. »

Vous avez fondé un ensemble sur instruments anciens, Le Cercle de l’harmonie. Mais à Saint-Denis, vous dirigez l’Orchestre national de France. Cherchez-vous à transmettre sur instruments modernes l’apport  de la démarche historique ?

J.R. : L’apport de cette réflexion est essentiel, que ce soit en matière de tempi, de vie rythmique, de rapport à la rhétorique, d’allègement agogique. L’enjeu déterminant avec les orchestres modernes, c’est le rôle fondamental de la partie de basse. Si dans une œuvre comme Le Paradis et La Péri, elle est considérée comme mélodique, alors cela alourdit l’ensemble. Son rôle est de faire avancer le discours.

Quel type de voix avez-vous recherché pour cette œuvre ?

J.R. : Il faut déjà un chœur très présent, il y a des effets de chorals, des scènes de guerre… Le rôle de la Péri nécessite une voix très solide, car c’est une écriture tendue, héroïque même. Pour les autres chanteurs, il m’importe que la prosodie soit toujours naturelle. On sent dans cette œuvre que Schumann est un maître du Lied.

Quel est votre rapport au Festival de Saint-Denis ?

J.R. : C’est un festival qui m’est cher, j’y ai notamment donné Le Christ au Mont des Oliviers de Beethoven, une autre œuvre peu donnée du répertoire. Le public de ce Festival est extrêmement fidèle, curieux, et ce n’est pas forcément le même que celui des concerts parisiens. Le Paradis et la Péri marquera aussi mes débuts de chef avec l’Orchestre national de France, qui me connaît comme compositeur pour avoir déjà interprété l’une des mes œuvres.

 

Propos recueillis par A. Pecqueur

A propos de l'événement

Le Paradis et la Péri de Schumann
du jeudi 4 juin 2015 au jeudi 4 juin 2015

Jeudi 4 juin à 20h30.



Festival de Saint-Denis, rue de la Légion d’Honneur, 93200 Saint-Denis. Du 4 juin au 2 juillet 2015. Tél : 01 48 13 06 07.



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra