La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -231-FESTIVAL DE SAINT~DENIS 2015

Verdi, liturgie dramatique

Verdi, liturgie dramatique - Critique sortie Classique / Opéra saint denis
Légende : Myung-Whun Chung © Festival de Saint-Denis

GROS PLAN / REQUIEM VERDI/ BASILIQUE

Publié le 25 mars 2015 - N° 231

Myung Whun Chung dirige le Chœur et l’Orchestre philharmonique de Radio France dans le Requiem de Verdi. En solistes de cette messe très théâtrale, la fine fleur du chant verdien : Patrizia Ciofi, Varduhi Abrahamyan, Charles Castronovo et Michele Pertusi.

Une messe en habits de théâtre ? Assurément. D’ailleurs, après sa création en l’église San Marco de Milan, la Messa da Requiem, écrite à la mémoire de l’écrivain Alessandro Manzoni, est immédiatement redonnée… à la Scala de Milan, avant d’être présentée en tournée à Paris (sept concerts à l’Opéra Comique), à Londres (Royal Albert Hall) ou à Vienne (Théâtre de la Cour). Et pour la création, qu’il dirige lui-même, Verdi réunit les solistes pour qui il avait écrit Aïda deux ans auparavant. S’il y a bien une dramaturgie dans le Requiem de Verdi, elle épouse strictement le texte liturgique et s’appuie uniquement sur la puissance de l’écriture vocale, chorale et orchestrale – même si certains se sont essayés, dès les années qui suivirent la création de l’œuvre, à le mettre en scène. La force réside dans l’amplitude des moyens expressifs mis en œuvre. Verdi, ici comme dans ses opéras, joue énormément des contrastes.

Puissance de l’écriture

C’est le cas particulièrement de la Séquence (Dies Irae), le plus long mouvement du Requiem (il dure à lui seul près de quarante minutes). Il s’ouvre sur une terrifiante peinture, fortissimo, du Jugement dernier, par le chœur et l’orchestre au complet, entraînés dans une course à l’abîme soulignée par les timbales et l’ophicléide. Mais le tumulte laisse place par endroits à des airs ou des récitatifs entrecoupés de silences. L’auditeur, au long de l’heure et demie que dure l’exécution, passe véritablement par toutes les émotions – et s’il y a du religieux dans cette œuvre, c’est avant tout par sa capacité à captiver toute une salle, interprètes et public confondus, autour d’une mise en musique aussi éclatante du texte de la messe des morts. Myung Whun Chung n’aime rien tant que la musique portée par une profonde dimension mystique, pas nécessairement réductible au sentiment religieux. Son goût pour l’œuvre de Messiaen (on se souvient de ses interprétations de Saint-François d’Assise) en témoigne. Parmi les ouvrages lyriques de Verdi, c’est d’Otello, l’opéra le plus mystique, qu’il est le plus proche. Nul doute que l’énergie et la puissance du souffle que le chef coréen sait tirer des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Radio France sauront faire de cette Messa da Requiem un moment d’émotion musicale intense.

 

J.-G. Lebrun

A propos de l'événement

Verdi, liturgie dramatique
du Mardi 23 juin 2015 au Mercredi 24 juin 2015

Basilique Cathédrale de Saint-Denis, 93200 Saint-Denis, France

Les 23 et 24 juin à 20h30.



Festival de Saint-Denis, rue de la Légion d’Honneur, 93200 Saint-Denis. Du 4 juin au 2 juillet 2015. Tél : 01 48 13 06 07.



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra