La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Fish Love

Fish Love - Critique sortie Théâtre
Crédit visuel : Mario Del Curto Légende visuel : « Un septuor de comédiens-créateurs se promenant au bord de l’amour et de l’eau. »

Publié le 10 mars 2008

Comédienne et metteure en scène suisse résidant en Angleterre, Lilo Baur a puisé dans les nouvelles de Tchekhov pour faire rayonner l’art dramatique. Tendresse, inventivité, poésie : Fish Love célèbre un monde de l’imaginaire au sein duquel sept comédiens accomplissent des prodiges…

Des prodiges de simplicité, d’impressionnisme climatique, d’habileté créative, de drôlerie, de fantaisie… Des prodiges à travers lesquels les sept interprètes réunis par Lilo Baur se hissent au rang de véritables démiurges. Rendons donc hommage à Isabelle Caillat, Claudia de Serpa Soares, Pascal Dujour, Nikita Gouzovsky, Michel Ochowiak, Kostas Philippoglou, Jiorgos Simeonidis, comédiens cosmopolites constituant un septuor d’une maîtrise exemplaire. A l’aide de quelques tables, de cannes (à pêche ou à tout autre chose), ils font plus que donner naissance à l’univers champêtre et bucolique des nouvelles de Tchekhov, ils le magnifient, le transforment en terreau humain et poétique. La réussite de Fish Love tient à mille petites choses : l’émouvante pudeur d’un sourire, la franchise d’un regard partagé, l’accent énigmatique d’une voix venue d’ailleurs, la légèreté d’une facétie qui fait un tour et puis s’en va… A mille petites choses, et peut-être surtout à la simplicité avec laquelle ces artistes s’amusent à jouer les uns avec les autres, à faire circuler entre eux l’énergie de la scène.
 
Une flânerie amoureuse et aquatique
 
Les cinq nouvelles de l’auteur russe (Amours de poisson, Une Fille d’Albion, Un Méchant garnement, Deux scandales, La Pêche) ne sont, en fait, qu’une forme de beau support, qu’un noble matériau que Lilo Baur et ses comédiens se sont approprié pour faire éclore atmosphères et saisissements. Car Fish Love n’a rien d’une simple narration littéraire. Donnant corps à « l’appel du grand air, l’appel de la terre, de la nature tout entière » auquel l’un des personnages s’avoue soumis, la metteure en scène a conçu une représentation qui échappe aux seuls mots de Tchekhov pour édifier son propre monde. Un monde parfois muet, laissant une étude de Chopin accompagner un joyeux ballet aquatique. Un monde parfois polyglotte, mêlant russe, grec et français dans un entremêlement de textures linguistiques. Du printemps à l’hiver, d’un pique-nique familial à une partie de pêche finissant les pieds dans l’eau, Fish Love dévoile une succession de tableaux d’une liberté particulièrement touchante. La liberté d’un théâtre qui rayonne et qui vibre.
                                                                                                                     
Manuel Piolat Soleymat


Fish Love, d’après des nouvelles d’Anton Tchekhov ; mise en scène de Lilo Baur. Du 27 mars au 12 avril 2008. Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche 6 avril à 15h00. Théâtre de la Ville, salle des Abbesses, 31, rue des Abbesses, 75018 Paris. Réservations au 01 42 74 22 77. Spectacle vu au Théâtre de la Manufacture, à Nancy.

Le 15 mars 2008 à 20h30 à L’Avant-Seine de Colombes (01 56 05 00 76) ; le 18 mars à 21h00 à l’Onde, espace culturel de Vélizy-Villacoublay (01 34 58 03 35) ; le 15 avril à 20h30 au Théâtre Brétigny, Scène conventionnée du Val d’Orge (01 60 85 20 85).

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre