La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Celui qui tombe

Celui qui tombe - Critique sortie Théâtre Montigny-le-Bretonneux Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines
Celles et ceux qui tombent, embarqués par Yoann Bourgeois. Crédit : Géraldine Aresteanu

Reprise / Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines / de Yoann Bourgeois

Publié le 22 novembre 2016 - N° 249

C’est l’idée de la chute qui guide le spectacle. Et pourtant, quel envol ! Voici des hommes et des femmes en état de grâce, réunis par Yoann Bourgeois, qui témoigne une fois encore d’une intelligence sensible et magnifique du mouvement.

Celui qui tombe, c’est d’abord trois femmes et trois hommes. Des corps de tous les jours, sans récits, sans absolu autre que celui d’exister dans notre monde. Mais le monde selon Yoann Bourgeois, c’est celui qu’il s’est construit au fil de ses créations, mobilisant pour chacune un environnement spécifique au corps, empruntant au cirque ses agrès et son goût pour le déséquilibre, à la danse sa liberté, et au mouvement son dialogue ininterrompu avec la pesanteur. Cette dernière création creuse plus loin, plus haut, plus fort – et surtout plus beau – ce qu’il a donc entamé depuis cinq ans. Avec une grande nouveauté qui donne toute sa force et toute sa couleur au spectacle : une scénographie originale conçue comme une scène mouvante, et qui pourrait donner aux interprètes bien du fil à retordre… C’est là tout l’enjeu de la pièce. Yoann Bourgeois a quitté le rebond de son trampoline pour plonger sa fine équipée dans une nouvelle forme d’insécurité. Comment évoluer lorsque le sol lui-même promet de se dérober sous nos pieds ? Yoann Bourgeois déroule alors une poétique de l’instabilité qui prend corps dans le choix d’un travail d’ajustements constants du mouvement et de la tonicité profonde du corps.

Les facéties du plateau

Le propos aurait pu se porter sur la difficile gestion d’un environnement contraignant pour l’individu, ou sur comment survivre dans un monde de moins en moins adapté à l’homme et qui va à l’encontre de ses conditions d’existence. Au contraire. Tout le travail a consisté à jouer avec la gravité, avec le déséquilibre, avec le poids des corps. Les voilà qui glissent, tournent, se rattrapent, se suspendent, se frôlent, déjouent avec légèreté et virtuosité les contraintes. La qualité de mouvement révèle un naturel que le spectateur, suspendu à l’incroyable puissance de la machine, n’ose à peine croire. Inexorablement, le plateau se dresse, s’incline, et même tourne, offrant aux corps l’expérience de la force centrifuge. Des situations inédites pour la danse et le cirque émergent de ce travail. Nul besoin de s’envoyer en l’air à l’échelle hyperbolique pour se rapprocher de la gravité zéro. Ce sont les moyens même du spectacle qui sont ici brillamment mis en jeu. Et les corps, oscillant sans répit et avec avidité dans cet « arc tendu entre deux morts », celui du déséquilibre, comme le soulignait si simplement la danseuse américaine Doris Humphrey. Mais avec Yoann Bourgeois, Celui qui tombe se heurte à la vie.

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Celui qui tombe
du Vendredi 2 décembre 2016 au Samedi 3 décembre 2016
Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines
Place Georges Pompidou, 78180 Montigny-le-Bretonneux, France

à 20h30, le 4 à 16h. Tél : 01 30 96 99 00.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre