La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Ibsen: Gespenster

Ibsen: Gespenster - Critique sortie Théâtre Strasbourg Théâtre National de Strasbourg
Markus Schäfer et Markus Wenzel dans Ibsen: Gespenster. Crédit : Komun.ch

Théâtre national de Strasbourg et Le Maillon / de Markus&Markus

Publié le 22 novembre 2016 - N° 249

Après John Gabriel Borkman et avant Peer Gynt, les membres du collectif allemand Markus&Markus s’inspirent des Revenants pour créer le deuxième volet de leur trilogie sur l’œuvre de Henrik Ibsen. Ils présentent Ibsen: Gespenster (Fantômes), une création mettant en regard la pièce de l’auteur norvégien avec des éléments documentaires sur le suicide assisté d’une femme de 81 ans. Une façon d’interroger les limites et les enjeux du théâtre.    

Quel projet se dessine derrière votre trilogie ibsénienne ?

Markus&Markus : Nous sommes partis d’un constat : pour écrire ses pièces, Ibsen s’inspirait de personnes réelles. Nous nous sommes dit que s’il avait réussi à créer des histoires de théâtre universelles à partir de parcours particuliers, des histoires qui résonnent encore aujourd’hui, il devait être possible d’inverser le processus en retrouvant des hommes et des femmes qui représentent, aujourd’hui, des doubles contemporains de certains protagonistes de ses pièces.

Ce qui vous a amenés à chercher une personne qui corresponde à Oswald, personnage qui, dans Les Revenants, demande à sa mère de l’aider à se suicider…

M&M. : C’est ça, et nous avons trouvé Margot, une femme de 81 ans qui, comme Oswald, a souhaité mettre fin à ses jours. Mais contrairement à lui, Margot ne s’est pas tournée vers sa mère pour son suicide, mais vers une organisation suisse (ndlr, le suicide assisté n’est pas légal en Allemagne) qui accompagne les personnes désireuses de s’engager dans une démarche de mort volontaire. La première fois que nous l’avons rencontrée, elle nous a annoncé qu’elle allait mourir quatre semaines plus tard. Nous avons passé ces quatre semaines avec elle, en lui rendant visite pratiquement tous les jours.

« Ibsen: Gespenster ne cherche pas à résoudre le dilemme moral que constitue le suicidé assisté. »

 

Qu’avez-vous fait avec elle durant cette période ?

M&M. : Nous avons observé la façon dont elle semblait devenir de jour en jour plus légère, au fur et à mesure qu’elle se rapprochait de l’échéance qu’elle avait fixée. Nous l’avons regardée dire au revoir à sa famille et à ses amis. Nous avons cuisiné avec elle, avons partagé de longues discussions, avons parcouru ses albums photo… Toutes ces choses ont été filmées. Ces films composent aujourd’hui la matière documentaire de notre spectacle, tout comme les textes de lettres que Margot nous a confiées.

Ibsen: Gespenster a-t-il pour but de faire pencher d’un côté ou de l’autre le débat sur la légalisation du suicide assisté ?

M&M. : Pas du tout. Car le thème du spectacle n’est pas uniquement le suicide assisté, c’est également la personne même de Margot, une femme forte avec une volonté de mourir tout aussi forte. La décision qu’elle a prise était très claire, même si, au premier abord, on pouvait avoir l’impression que son état de santé aurait pu lui permettre de continuer de vivre. Non seulement Ibsen: Gespenster ne cherche pas à résoudre le dilemme moral que constitue le suicidé assisté, mais ce spectacle ouvre d’autres champs de questionnement en interrogeant le théâtre. Que doit et peut montrer un spectacle ? De quelle part de vérité, de gravité, de voyeurisme doit-il et peut-il faire preuve ? Pour notre collectif, le théâtre est un moyen d’explorer un sujet et d’en débattre ensemble, collectivement. Un moyen vivant, même si nous projetons des images filmées sur le plateau. Au sein de nos créations, nous nous attachons à jouer avec toutes les possibilités que permet le théâtre.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Ibsen: Gespenster
du Mardi 13 décembre 2016 au Jeudi 15 décembre 2016
Théâtre National de Strasbourg
1 Avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg, France

Spectacle présenté en collaboration avec Le Maillon, dans le cadre du Festival Premières. Le 13 décembre 2016 à 20h30, les 14 et 15 décembre à 19h. Durée de la représentation : 1h50. Tél. : 03 88 24 88 24 et 03 88 27 61 81. www.tns.fr et www.maillon.eu


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre