La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Fille du Paradis

Fille du Paradis - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de Belleville
Fille du paradis au théâtre de Belleville. CR : François-Louis Athénas

Reprise / Théâtre de Belleville / Nelly Arcan / mes Ahmed Madani

Publié le 22 novembre 2016 - N° 249

Reprise d’un superbe monologue mis en scène par Ahmed Madani à partir d’un texte de Nelly Arcan, Fille du Paradis ausculte bien plus que la prostitution : les mécanismes refoulés de notre désir.

Nous avons découvert ce spectacle il y a deux ans au festival d’Avignon. De ce temps-là, il reste le souvenir d’un éblouissement. Une comédienne sobre, fine, émouvante, une mise en scène limpide, juste, percutante, un texte violent et profond qui vous prend aux tripes, vous oblige à regarder de plus près le désir, la sexualité. Continuons à remonter le temps. Nous sommes en 2001 et Nelly Arcan, jeune auteure québécoise, sort son premier récit intitulé Putain. C’est alors un peu la mode des récits autobiographiques à tendance subversive. Pourtant, le livre de la jeune femme possède une véritable qualité littéraire. Il propose bien davantage qu’une confession intime pimentée. Cette jeune femme raconte certes sa vie d’escort girl, “métier“ qu’elle a mené en parallèle de ses études. Mais elle en fouille aussi les circonstances, en analyse les paradoxes, démonte la morale sociale sans chercher à se justifier, pas plus qu’à provoquer. Le style est sec, direct, cru et précis. C’est son psychanalyste qui lui conseilla d’écrire le récit de son expérience, et qui la poussa à se faire publier (au Seuil). Le texte est nominé pour quelques prix (Médicis, Femina). Puis Nelly Arcan poursuit sur le mode littéraire ses recherches autour de la place de la femme dans la circulation contemporaine du désir. En 2009, elle se suicide.

La putasserie plutôt que les passes

S’il a édulcoré le titre du roman Putain en Fille du Paradis, Ahmed Madani n’a pas tenté d’atténuer la force du récit. Il est passé vite sur les scènes de passe pour s’attarder sur ce que Nelly Arcan appelle la putasserie. Côté putain, cette dernière est nourrie du dénigrement de soi tout autant que de l’obsession contemporaine de la beauté plastique. De l’histoire familiale de la jeune femme aussi : une mère soumise et un père tout aussi bigot que volage. Côté client, elle dit cette façon de respecter la putain dans les formes plus que dans le fond. L’hypocrisie de ces hommes qui baisent cette fille et ne voudraient pas que ce soit la leur. D’un côté comme de l’autre il y a de l’humanité mais aussi des formes de misère qu’alimente en secret le désir. Sur scène, Véronique Sacri est d’une sobriété tranchante. De la douceur à la colère, elle délivre une parole âcre avec autant de tendresse que de détermination. Elle est belle et émouvante. Ahmed Madani utilise la puissance des mots et leur offre un habillage simple, en noir et blanc, avec des moments musicaux percutants. C’est simple. C’est réussi et bouleversant.

Eric Demey

A propos de l'événement

Fille du Paradis
du Mercredi 14 décembre 2016 au Dimanche 18 décembre 2016
Théâtre de Belleville
94 Rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris, France

du mercredi au samedi à 19h15, le dimanche à 15h. Tel. : 01 48 06 72 34. Durée : 1h. Spectacle vu au Girasole à Avignon.


Egalement du 10 au 12 janvier 2017 : Centre des Bords de Marne au Perreux-sur-marne. Le 23 février 2017 : La Piscine à Châtenay-malabry. Le 28 février 2017 : Ville de Saint-Ouen-L’Aumône.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre