La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Une journée particulière

Une journée particulière - Critique sortie Théâtre
Crédit visuel : Maryode Mercier Légende visuel : « Antonietta et Gabriele : deux solitudes qui se font face sur fond de parade fasciste. »

Publié le 10 décembre 2007

Rebecca Bellity et Alberto Marchini tentent de faire renaître l’émotion du film réalisé, en 1977, par Ettore Scola. Un spectacle fragile secouru par la sincérité et la force de conviction de ses interprètes.

« Les histoires d’Antonietta et Gabriele sont intemporelles et elles pourraient se passer de nos jours », déclare Giovanni Savoia, metteur en scène de cette version théâtrale d’Une journée particulière. « Ce sont les histoires de ceux qui subissent l’exclusion et le rejet dans nos sociétés parce qu’ils ont quelque chose qui dérange, parce qu’ils sont différents ; ce sont les histoires de ceux qui subissent les violences à l’intérieur de leur famille, sans pouvoir réagir, sans pouvoir s’exprimer et s’y opposer. » Traversant cette journée particulière du 8 mai 1938 — journée au cours de laquelle Benito Mussolini reçoit Adolf Hitler à Rome, scellant l’alliance et l’amitié italo-germanique — Ettore Scola fait se rejoindre les chemins de deux êtres en souffrance : Antonietta, une mère de famille nombreuse mariée à un homme brusque et infidèle ; Gabriele, un animateur de radio mis en marge de la société fasciste pour cause d’homosexualité. Ces deux personnages, incarnés à l’écran par Sophia Loren et Marcello Mastroianni, sont aujourd’hui interprétés sur scène par Rebecca Bellity et Alberto Marchini, aux côtés de Christelle Garcia et Nuno Becker.
 
Le souvenir persistant de Sophia Loren et Marcello Mastroianni
 
Si les comédiens dirigés par Giovanni Savoia ne gagnent pas le pari audacieux de faire oublier les acteurs emblématiques du film originel, ils parviennent néanmoins à transmettre la sincérité et la conviction avec lesquelles ils investissent les destinées tragiques de leurs protagonistes. C’est d’ailleurs là que réside l’essentielle réussite de ce spectacle manquant, dans son ensemble, d’inventivité et tombant dans le piège d’un réalisme maladroit. Car, n’ayant manifestement pas les moyens économiques de ses partis-pris esthétiques, Giovanni Savoia a pourtant choisi de montrer plutôt que de suggérer, d’accumuler les éléments de décors plutôt que de dénuder l’espace de jeu, de construire une représentation gauchement illustrative plutôt que de faire confiance à l’imaginaire des spectateurs, au pouvoir d’incarnation de ses interprètes. Les performances de Rebecca Bellity et Alberto Marchini auraient, en effet, sans doute gagné à s’inscrire dans un cadre de mise en scène plus dépouillé ou plus métaphorique. Un cadre de mise en scène conférant davantage d’envergure aux beaux instants de sensibilité que laissent entrevoir les deux comédiens.
 
Manuel Piolat Soleymat


Une journée particulière, d’après le film d’Ettore Scola ; adaptation de Gigliola Fantoni et Ruggero Maccari ; texte français de Huguette Hatem ; mise en scène de Giovanni Savoia. Du 13 novembre au 22 décembre 2007. Du mardi au samedi à 21h30. Théâtre Les Déchargeurs, 3, rue des déchargeurs, 75001 Paris. Réservations au 0 892 70 12 28 (0,34 €/min).

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre