La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Les rencontres du Théâtre de la Poudrerie, un projet de Valérie Suner

Les rencontres du Théâtre de la Poudrerie, un projet de Valérie Suner - Critique sortie Théâtre Sevran Théâtre de la Poudrerie
Valérie Suner © D.R.

Les rencontres du Théâtre de la Poudrerie, 2e édition, du 3 au 11 octobre 2020.

Publié le 13 juillet 2020 - N° 286

Depuis 2011, Valérie Suner, directrice du Théâtre de la Poudrerie, poursuit un projet unique en son genre en proposant théâtre à domicile et création participative.

Comment le projet du Théâtre de la Poudrerie est-il né ?

Valérie Suner : Ce projet, né il y a 9 ans, découle du constat que 85% de la population française ne va pas au théâtre et que la sociologie du public qui s’y rend est toujours la même. J’ai donc proposé au maire de Sevran – banlieue avec 3 quartiers prioritaires et aucun théâtre – de mettre en place, dans un premier temps, des représentations de théâtre à domicile, puis, dans un deuxième temps, un projet de création participative pour répondre à la question : comment faire venir les habitants dans une salle de spectacle ?

« Dans ce ‘théâtre de la socialité’, il s’agit de laisser la place, ne pas arriver en position de surplomb ou de sachant. »

A-t-il été évident de convaincre les habitants ?

AS. : Au début, ils étaient très soupçonneux, craignaient une arnaque financière, beaucoup confiaient aussi avoir été traumatisés les rares fois où ils étaient allés au théâtre dans le cadre scolaire. Il a fallu trouver la première personne. Ensuite, comme à chaque représentation viennent environ 20 personnes, chacune peut accueillir à son tour une séance. Au-delà de la dimension esthétique et de l’émotion de la représentation, les problématiques – souvent sociétales – interpellent les habitants. Les spectacles sont suivis d’une réflexion sur les thèmes abordés puis d’un échange convivial où chacun apporte à boire ou à manger. Dans ce « théâtre de la socialité », il s’agit de laisser la place, de ne pas arriver en position de surplomb ou de sachant. Ce principe d’horizontalité, d’échange de partage, les gens le ressentent et le bouche à oreille fonctionne.

Pour la deuxième édition des Rencontres du Théâtre de la Poudrerie, vous avez choisi d’associer deux thèmes : la création participative et l’écologie populaire. En quoi l’une peut-elle contribuer à l’autre ?

AS. : J’ai une perception moniste du monde, avec quelques autres comme le philosophe Bruno Latour que j’ai invité à ces rencontres : la nature n’est pas un decorum dans lequel nous pourrions puiser. Nous sommes tous liés aux autres et reliés à la nature. Tout le travail de création participative consiste à briser les barrières entre les artistes et les habitants, et entre les habitants eux-mêmes, pour montrer en quoi nous sommes reliés. Avec ces rencontres, le travail va encore plus loin : en quel sens sommes-nous contributeurs les uns et les autres de l’état du monde et de l’environnement dans lequel nous évoluons ? C’est ce type de conscience que nous allons essayer de développer grâce à des artistes qui travaillent avec des chercheurs ou des artistes-chercheurs comme David Wahl. Il est intéressant que cette réflexion intellectuelle ne soit pas abordée de façon frontale mais de façon immersive et artistique.

Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

Rencontres de la Poudrerie
du Samedi 3 octobre 2020 au Dimanche 11 octobre 2020
Théâtre de la Poudrerie
6 avenue Robert Ballanger, 93270 Sevran.

Tél. : 01 41 52 45 72.

Les rencontres du Théâtre de la Poudrerie, 2e édition, du 3 au 11 octobre 2020.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre