La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Un ennemi du peuple d’Henrik Ibsen, mis en scène par Jean-François Sivadier

Un ennemi du peuple d’Henrik Ibsen, mis en scène par Jean-François Sivadier - Critique sortie Théâtre Grenoble MC2
Le metteur en scène Jean-François Sivadier. Crédit : DR

d’Henrik Ibsen / mes Jean-François Sivadier

Publié le 28 février 2019 - N° 274

Jean-François Sivadier aborde Ibsen pour la première fois, en choisissant celle de ses pièces qu’il considère comme la plus singulière et la plus centrale : une farce cauchemardesque d’une pertinente actualité. Avec notamment Sharif Andoura et Nicolas Bouchaud.

Pourquoi monter cette pièce ?

Jean-François Sivadier : Il y a longtemps que je m’intéresse à l’univers d’Ibsen. Même si cette pièce n’est pas tout à fait représentative de son théâtre (elle n’est ni psychologique, ni chargée de symboles), elle me paraît être au centre de l’œuvre, comme un manifeste où l’auteur se livrerait pour la première fois, sans le masque d’une intrigue trop complexe. Elle est écrite par un homme en colère qui s’est taillé une réputation d’auteur à scandale. La presse libérale s’est rangée du côté des conservateurs pour faire son procès. Dans Un ennemi du peuple, Ibsen endosse ouvertement le costume d’un de ses personnages pour répondre à ses détracteurs et vider son sac ! Comme s’il s’adressait à son public en disant « vous ne m’aimez pas ? Je ne vous aime pas non plus ! Voilà le monde dans lequel vous vivez et vous courez à la catastrophe ! » La dernière phrase de la pièce (« L’homme le plus fort au monde, c’est l’homme le plus seul. ») est à la fois une provocation, un bras d’honneur, mais aussi certainement un leitmotiv essentiel de toute son œuvre. Par ailleurs, la pièce étonne par son rythme, son énergie, sa couleur épique, son côté thriller politique et surtout son humour. On a l’impression que la comédie est l’outil dont Ibsen a besoin pour aller au bout de sa colère.

« La comédie est l’outil dont Ibsen a besoin pour aller au bout de sa colère. »

Qui est Stockmann ?

J.-F. S. : Stockmann est un petit médecin de province qui va se laisser embarquer dans ce qu’il croit être sa vocation : délivrer la société du mensonge et de la corruption. L’intrigue est très simple : dans une station thermale qui assure, à elle seule, la prospérité économique de la ville, Stockmann découvre que l’eau des bains est empoisonnée par une bactérie. Il préconise la fermeture de l’établissement, le temps des travaux. Son frère, le préfet, s’y oppose catégoriquement : il est impossible de toucher à ce qui fait la richesse et la renommée de la ville. La pièce raconte l’affrontement entre le scientifique, qui pense que la vérité se suffit à elle-même et qu’il aura la population de son côté, et tous ceux qui vont manipuler la vérité pour protéger leurs intérêts. Mais Stockmann n’est pas un révolutionnaire. Il jette son corps dans la bataille et se prend les pieds dans le tapis d’un ego démesuré et d’une absence totale de conscience politique. Il est autant amoureux de la vérité que de sa propre gloire. La colère de Stockmann, qu’elle fascine ou exaspère, a le mérite de faire trembler les murs. Mais aujourd’hui, au lieu d’applaudir le héros, on a plutôt envie de huer le petit-bourgeois qui, enivré par la notoriété, a lâché un combat légitime dont il a perdu le sens. Entre autres questions, la pièce soulève, en filigrane, celle de l’antagonisme entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif, entre l’homme et le citoyen, entre le « nous » et le « je »…

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

Un ennemi du peuple d’Henrik Ibsen, mis en scène par Jean-François Sivadier
du Jeudi 7 mars 2019 au Vendredi 15 mars 2019
MC2
4, rue Paul-Claudel, 38000 Grenoble

Mercredi, jeudi et samedi à 19h30 ; mardi et vendredi à 20h30. Tél. : 04 76 00 79 00. Puis tournée, dont, du 10 mai au 15 juin, au Théâtre de l’Odéon à Paris.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre