La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Un air de famille & Cuisine et dépendances

Un air de famille & Cuisine et dépendances - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Porte Saint-Martin
Grégory Gadebois, Léa Drucker et Nina Meurisse dans Cuisine et dépendances. Crédit photo : Pascal Victor

Théâtre de la Porte Saint-Martin / d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri / mes Agnès Jaoui

Publié le 24 janvier 2017 - N° 251

Agnès Jaoui reprend les deux spectacles qui l’installèrent, avec Jean-Pierre Bacri, dans le panthéon des ethnographes comiques des années 90. Cinq comédiens épatants, mais une mise en scène qui manque de punch.

Après le succès théâtral et cinématographique de Cuisine et dépendances et d’Un air de famille, il était difficile de relever la gageure de l’incarnation de leurs personnages, tant l’accent et les mimiques des comédiens qui les créèrent demeurent dans la mémoire des spectateurs. Il faut donc saluer le talent de Grégory Gadebois, Léa Drucker, Catherine Hiegel, Laurent Capelluto, Jean-Baptiste Marcenac et Nina Meurisse, qui parviennent à habiter leurs rôles avec talent, sans que la comparaison ne joue en leur défaveur. Les décors d’Alban Ho Van sont plaisamment réalistes, et recomposent avec humour l’environnement quotidien de l’intérieur de Jacques et Martine dans Cuisine et dépendances et la salle du Père Tranquille dans Un air de famille. De la pompe à bière au grille-pain, tous les détails sont rendus avec une minutie amusante, et les espaces de jeu sont efficacement disposés. On assiste donc aux démêlés de la famille Ménard, aux prises avec leur névrose familiale et leur incapacité à faire la différence entre amour de soi et amour des autres, ainsi qu’à ceux de Jacques, Martine, Georges, Charlotte et Fred, pris dans les atermoiements de leurs réussites professionnelle et affective.

 

Tableau comique de la classe moyenne

 

Si la mise en scène de Cuisine et dépendances imprime un rythme assez trépidant à la pièce, permettant aux répliques de fuser et de faire mouche, celle de Un air de famille est en revanche franchement poussive. Les blancs qui entourent les répliques diluent le rire, sans parvenir à donner sens au malaise ainsi installé. On se souvient du succès de ces deux pièces à leur création. A l’époque, on n’avait pas encore brossé le tableau comique de la classe moyenne et de la petite bourgeoisie, croquées avec un indéniable talent par Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri. Leur écriture, efficace et précise, semblait nouvelle et rendait compte avec esprit des travers de ces Français moyens, pris en étau entre les valeurs traditionnelles et le bling-bling naissant de l’argent roi, qu’avaient couronné les années 80. Hiatus entre Georges, l’écrivain raté, et la médiocrité de son vieux copain, devenu fils de pub et plumitif de caniveau, dans Cuisine et dépendances, conflit entre Henri le bougon et Philippe l’entrepreneur égoïste, dans Un air de famille : à l’époque, dans les années 90, le débat faisait encore sens dans la société française ; son exposition théâtrale faisait rire. Aujourd’hui – peut-être parce que les valeurs décriées ont uniformément gagné les esprits – le débat paraît dépassé, et les deux pièces un peu datées. D’autres comiques, plus insolents encore, ont envahi les scènes et les écrans, et la critique sociale de ces deux textes semble rétrospectivement assez sage. On rit évidemment, mais l’insolence initiale s’est affadie avec le temps.

 

Catherine Robert

A propos de l'événement

Un air de famille & Cuisine et dépendances
du Samedi 14 janvier 2017 au Dimanche 26 février 2017
Théâtre de la Porte Saint-Martin
18 Boulevard Saint-Martin, 75010 Paris, France

Théâtre de la Porte Saint-Martin, 18, boulevard Saint-Martin, 75010 Paris. A partir du 14 janvier 2017. En alternance, du mardi au vendredi 20h ; samedi à 17h et 20h30 ; dimanche à 16h. Tél. : 01 42 08 00 32. Durée de chaque spectacle : 1h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre