La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Ubu d’après Alfred Jarry, mise en scène Olivier Martin-Salvan

Ubu d’après Alfred Jarry, mise en scène Olivier Martin-Salvan - Critique sortie Théâtre Paris Le CENTQUATRE-PARIS hors les murs au Théâtre 13 / Seine
Olivier Martin-Salvan dans Ubu © DR

d’après Ubu sur la Butte et Ubu Roi d’Alfred Jarry / conception et mise en scène Olivier Martin-Salvan

Publié le 20 août 2021 - N° 291

Adepte de grands textes et d’écritures scéniques singulières, Olivier Martin-Salvan crée sa propre version théâtrale d’Ubu d’après Alfred Jarry. Une version athlétique, à la fois grotesque et cruelle.

Pourquoi Alfred Jarry ?

Olivier Martin-Salvan : La langue d’Alfred Jarry est une partition fascinante. On a l’impression qu’il s’agit d’une pochade d’étudiant mais Jarry est un génie ! Je crois que toute ma vie je vais poursuivre un chemin auprès d’une lignée d’humanistes et de gigantesques poètes. Novarina, Artaud, Hugo, Rabelais… La pensée que Jarry développe dans Le Surmâle, roman étonnant et très dense, m’a impressionné. Nous avons de Jarry l’image d’un plat du dimanche un peu lourd, mais derrière la farce grotesque émerge une grande cruauté, révélant la part sombre de chacun d’entre nous. Le spectacle met en scène Ubu sur la Butte, version compacte et resserrée qui m’a beaucoup plu, et quelques moments de Ubu Roi, dans ce langage que Jarry a développé et qui travaille l’humain. Ubu sur la Butte est un cadeau pour les acteurs, un texte hors psychologie, qui me rappelle les mots de Novarina demandant de jouer comme des enfants dans « une messe pour marionnettes », d’être plus bête que ce qu’on fait. Travaillant par le jeu, la langue et l’énergie dégagée sur les strates profondes de la pensée du spectateur, le théâtre doit à l’inverse du décervelage bouleverser et renverser, réveiller les connections, déclencher des orages dans les cerveaux !

« Le théâtre doit déclencher des orages dans les cerveaux ! »

Quel est le dispositif scénique ?

O. M.-S. : Un dispositif quadri-frontal permet au public d’assister de près à la montée de la tyrannie. J’interprète Ubu et Thomas Blanchard, Robin Causse, Mathilde Hennegrave et Gilles Ostrowsky m’accompagnent. Les scénographes Clédat & Petitpierre ont inscrit le jeu dans l’univers de la gymnastique rythmique et sportive, avec tapis de sol, ballons, rubans, modules en mousse, et tenues moulantes. Nous nous sommes rendus compte que cette trouvaille générait un vocabulaire et une intensité de jeu qui servaient le côté cruel et cru de la farce, où sourd quelque chose de souterrain et de très violent. C’est la soif du pouvoir qui est à l’œuvre sans autre but que la conquête d’elle-même, et ce désir est aussi relié à la puissance sexuelle. Le rire permet de fendre une armure, de faire tomber le sérieux de son piédestal, révélant par retour de bâton la cruauté sous-jacente qui fait éruption.

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Ubu d’après Alfred Jarry, mise en scène Olivier Martin-Salvan
du Jeudi 9 septembre 2021 au Dimanche 26 septembre 2021
Le CENTQUATRE-PARIS hors les murs au Théâtre 13 / Seine
Théâtre 13 / Seine

les jeudis et vendredis à 20h, les samedis et dimanches à 16h. Tél : 01 45 88 62 22.  Durée : 1h.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre