La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre /Cirque

Village de cirque, édition 2021

Village de cirque, édition 2021 - Critique sortie Théâtre Paris Pelouse de Reuilly
Desiderata de la Cie Cabas © Tom Neal

Paris / Festival

Publié le 26 juillet 2021 - N° 291

À la lisière du Bois de Vincennes, la pelouse de Reuilly donne rendez-vous à tous les cirques. Qu’ils nous parlent du monde ou nous en éloignent, ils le font avec générosité.

En une quinzaine d’années, la coopérative de Rue et de Cirque (2r2c) a su faire de son Village une destination fort courue au sein de la planète cirque. À chaque rentrée, on y réserve un coin d’herbe ou de chapiteau pour prendre des nouvelles d’un champ artistique des plus inventifs, multiforme. Pour regarder le monde, pour penser l’actualité autrement, le cirque déploie une grande diversité de démarches. Pendant trois semaines, du 10 au 26 septembre, le Village de Cirque est un carrefour de gestes et de pensées, où les questions du genre et du terrorisme cohabitent avec des explorations plus intimes, plus oniriques. « Envols, chutes, rattrapages, portés, coups de gueule »… Dans Desiderata de la compagnie Cabas, une des trois créations pour le chapiteau de ce Village 2021, tout est permis pour dire l’embarras de la jeunesse en matière de sexualité et de genre. Marie Molliens, elle, se concentre dans Oraison sur une figure du cirque traditionnel pour dire le chaos du monde : le clown blanc. Tandis que dans M.E.M.M., la voltigeuse Alice Barraud raconte son parcours de reconstruction après les attentats du 13 novembre 2015 dont elle a été victime. D’autres parcelles du Village sont plus à l’écart des violences du monde. Dans Aguets par exemple, neuf jeunes êtres vont à la rencontre de leurs paysages intérieurs.

Des Sisyphe heureux !

Les préoccupations écologiques imprègnent aussi la création circassienne comme dans On est là tout va bien de la compagnie Rouge Elea où trois adolescents s’imaginent ours polaires sur une banquise qui se disloque. Destinée au jeune public, la création Royaume de la compagnie C & C danse l’opulence et l’omniprésence du plastique. Avec Pigments, l’équipe du CirkVOST interroge à 15 mètres au-dessus du sol les enjeux de la solidarité, les fonctionnements du groupe, avec et malgré l’individu. Dans Je suis Carmen de Gilles Cailleau, il est question surtout de l’individu, d’une femme flamboyante et mythique. Une circassienne et une chanteuse lyrique interrogent à leur manière le courage unique de Carmen. Pour se donner du baume au cœur, la compagnie du Coin invite à découvrir sa fanfare malicieuse dans Solennel Dada. Autre élan insolite, celui que propose Vaisseau spatial de la compagnie Retouramont, qui rend possible une exploration utopique de la ville grâce à un drôle d’agrès qui roule et tourneboule. S’inspirant du tissage, De ses mains de Cécile Mont-Reynaud réinvente avec douceur la transmission et les liens.  Le Toupet de Kairos met en présence une joueuse, Carole Tallec, et deux chevaux. Yin Zero de la compagnie Monad allie jonglage et danse derviche.  Le duo du Poids des nuages de la compagnie Hors Surface s’inspire du mythe d’Icare et voyage au cœur de souvenirs enfouis. On les rejoint, avant de poursuivre notre visite du beau patelin circassien. Avec peut-être une pause brunch le dimanche…

Anaïs Heluin et Agnès Santi

 

A propos de l'événement

Village de cirque
du Vendredi 10 septembre 2021 au Dimanche 26 septembre 2021
Pelouse de Reuilly
Pelouse de Reuilly, 75012 Paris

www.2r2c.coop. Tel : 01 46 33 33 72.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre