La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Amir Reza Koohestani

Summerless

Summerless - Critique sortie Avignon / 2018 Villeneuve-lès-Avignon

Entretien Amir Reza Koohestani
La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon/ auteur et mes Amir Reza Koohestani

Publié le 22 juin 2018 - N° 267

L’auteur et metteur en scène iranien internationalement reconnu, Amir Reza Koohestani, invité pour la première fois en Avignon en 2016 avec Hearing, revient cette année avec Summerless. Dans la veine minimaliste des subtiles précédentes pièces de ce maître du non-dit, la nouvelle création du Mehr Theâtre Group met en scène des personnages issus de la société contemporaine iranienne.

Vous dites qu’« au moment d’entreprendre un projet, quel qu’il soit, la première question qui se pose toujours est celle de savoir comment échapper à la censure tout en ouvrant le débat sur la société iranienne ». Comment Summerless relève-t-il ce défi ?

Amir Reza Koohestani : Avec Summerless, le sujet n’est pas de savoir ce qui peut être ou ne pas être dit. Dans cette histoire, il n’y a aucun tabou même si, encore une fois, il est question d’une école de filles. Si le texte lui-même, du point de vue d’une approche sociopolitique, est critique, la pièce ne présente pas de difficultés particulières pour pouvoir être jouée en Iran.

« Dans cette pièce, j’ai été inspiré par des personnes de ma vie. »

En quoi pensez-vous que le sujet qui est celui de la pièce puisse intéresser d’autres sociétés que la vôtre ?

A.-R.K : Je vais répondre à cette question avec un fait qui intéresse la manière dont je travaille ; je ne me suis jamais autocensuré pour rendre mon travail plus compréhensible en sacrifiant à une audience. Je n’ai jamais vraiment cru que les spécificités de mes créations empêcheraient le public de se saisir de leur dimension proprement humaine. Quand nous entrons en relation avec les pièces des grecs anciens ou celles de Shakespeare, une correspondance s’établit à coup sûr entre des personnes qui, vivant dans des temps différents et des zones géographiques différentes , vivent pourtant encore dans un temps et un contexte sociopolitique identiques. Dans cette pièce, j’ai été inspiré par des personnes de ma vie. Je ne sais véritablement pas si le public va la comprendre ou l’apprécier, et s’il le fait, de quelle manière.

Quels ont été vos choix en termes de scénographie et qu’avez-vous principalement demandé aux trois acteurs de la pièce ?

A.-R.K : Les deux principaux éléments visuels en termes de scénographie sont un tourniquet, et les murs de l’école élémentaire. Les murs séparent totalement l’école du monde extérieur, et le personnage principal y peint ou écrit. Ecrire sur des murs était, d’une façon ou d’une autre, un acte politique pendant la révolution islamique. J’ai déjà travaillé avec deux des acteurs de la pièce. Avec Saeid Changizian dans Where were you on january 8th et Ivanov, avec Mona Ahmadi pour Hearing. Et comme ma façon de travailler ne change pas avec Summerless, nous ne passons pas beaucoup de temps à parler du jeu proprement dit. Quant à Leyla Rashidi, elle m’a toujours suivi de près et elle connaît les deux autres acteurs de la pièce avec lesquels elle a déjà joué. Pour elle également, ce n’est donc pas comme une première fois. Aussi entre les acteurs et moi existe-t-il une belle complicité, une formidable entente.

 

Marie-Emmanuelle Dulous de Méritens

A propos de l'événement

Summerless
du Dimanche 8 juillet 2018 au Dimanche 15 juillet 2018

Festival d’Avignon La Chartreuse, 58, rue de la République, 30400 Villeneuve lez Avignon

à 18h. Tél : 04 90 15 24 24


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes