La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Skylight de David Hare, mise en scène Claudia Stavisky

Skylight de David Hare, mise en scène Claudia Stavisky - Critique sortie Théâtre Lyon _Théâtre des Célestins
Claudia Stavisky (en bleu) entourée des comédiens Patrick Catalifo, Sacha Ribeiro et Marie Vialle © Simon Gosselin

de David Hare / mes Claudia Stavisky

Publié le 20 août 2021 - N° 291

Claudia Stavisky ouvre la saison du Théâtre des Célestins en s’emparant d’une pièce de David Hare qui mêle histoire d’amour et réflexion sociale. Une écriture pétillante portée par les comédiens Patrick Catalifo, Sacha Ribeiro et Marie Vialle.

Après La Place royale de Corneille, vous renouez avec les écritures contemporaines en montant un texte de David Hare. Qu’est-ce qui vous intéresse dans son théâtre et dans Skylight en particulier ?

Claudia Stavisky : David Hare se situe dans la droite ligne de thématiques qui me passionnent : le rapport entre l’intime et le politique, la façon dont le politique agit, même inconsciemment, sur l’intime et dont l’intime construit notre rapport au politique et au monde. David Hare est un auteur contemporain anglais – il sera d’ailleurs présent le soir de la première – qui a écrit un théâtre politique majeur. Il est très souvent joué en Angleterre et dans le reste du monde mais il est paradoxalement peu connu en France. Dans Skylight, il s’agit d’un homme, Tom, de son enfant, et d’une femme, Kira. Le couple a connu un long temps de séparation et tente de reconstruire leur passionnante histoire d’amour pendant toute une nuit. Que s’est-il passé pour que leur relation cesse ? L’explication, c’est qu’ils ont changé de vie. Kira incarne une merveilleuse histoire d’émancipation, un merveilleux parcours de femme. Elle a fondamentalement changé de vie, de monde, de regard sur le monde. Malgré leurs efforts désespérés, ils vont arriver à ce truisme : l’amour ne suffit pas pour lier deux êtres.

« On retrouve chez David Hare cette énorme puissance de l’amour et de l’humanité, et surtout de l’empathie. »

En opposant un homme qui a « réussi » et une femme qui s’engage auprès d’élèves défavorisés, David Hare aurait pu sombrer dans la caricature ou la pièce à thèse. Comment parvient-il à éviter ces écueils ?

C.S. : Les grands auteurs anglo-saxons ont cette qualité extraordinaire de faire surgir une écriture extrêmement proche de la réalité et en même temps très épique. Cette pièce en particulier (ou le théâtre de David Hare en général), même si elle regorge d’humour, ne constitue pas un théâtre pédagogique, au contraire. Comme pour Ken Loach, on retrouve chez David Hare cette énorme puissance de l’amour et de l’humanité, et surtout de l’empathie.

La pièce a été écrite dans les années 1990, en pleine période Thatcher. Reste-t-elle d’actualité ?

C.S. : Cela fait froid dans le dos à quel point elle résonne aujourd’hui ! On pourrait penser que j’ai commandé cette pièce la semaine dernière ! Skylight parle du démantèlement du service public, en particulier des services sociaux et hospitaliers, de l’éducation nationale, de la fracture sociale, tous ces thèmes exacerbés aujourd’hui et qui étaient déjà présents en Angleterre à ce moment-là. C’est fou à quel point ces sujets sont incandescents, surtout avec cette pandémie qui a montré les limites de notre « matelas social », comme disent les économistes.

Entretien réalisé par Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

Skylight de David Hare, mise en scène Claudia Stavisky
du Mercredi 15 septembre 2021 au Dimanche 3 octobre 2021
_Théâtre des Célestins
4 rue Charles Dullin, 69002 Lyon.

Tél. : 04 72 77 40 00. Durée estimée : 2 heures.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre