La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Agenda

Sans retour

Tapage nocturne, tumulte affectif et vacarme moral pour la célébration par Patrick Pineau de La Noce chez les petits-bourgeois. Toute l’ironie et la cruauté de la farce brechtienne.

Publié le 10 octobre 2007

François Verret démontre, une fois encore, la possibilité d’un lien bel et bien palpable entre la littérature et les arts scéniques.

François Verret aura tout essuyé : les tempêtes de l’esprit selon Kafka, les questionnements sur l’humanité de Robert Musil, l’écriture de Faulkner… Ici, l’œuvre centrale est Moby Dick et l’évocation dans le spectacle semble plus lisible que dans ses précédents projets. Est-ce la place plus importante laissé au corps et à la danse ? Dans Sans retour, les évolutions des artistes (sept sur scène, et autant de disciplines artistiques traversées) sont à la mesure des péripéties du personnage d’Herman Melville. La quête et le voyage initiatique se traduisent par un déferlement de gestes, d’élans dans un espace vide et blanc. Happés dans un tourbillon alimenté par d’énormes ventilateurs, les corps souffrent de cette logique implacable, qui les conduit, à l’instar d’un Ismaël, vers une fin inéluctable. Sans retour.
N. Yokel


Sans retour de François Verret, le 24 octobre à 20h30, et le 25 à 19h30, au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, place Georges Pompidou, 78 Montigny-le-Bretonneux. Tel : 01 30 96 99 00.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse