La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Rêver peut-être

Rêver peut-être - Critique sortie Théâtre stains Studio-Théâtre de Stains
Rêver peut-être, mis en scène par Marjorie Nakache. Crédit : DR

Studio-Théâtre de Stains / conception et mes Marjorie Nakache

Publié le 25 octobre 2017 - N° 259

Créé en mars dernier, le spectacle mis en scène par Marjorie Nakache (pour tous publics à partir de 8 ans) est repris cet automne au Studio-Théâtre de Stains. Entre documentaire vidéo et théâtre visuel, cette belle proposition nous plonge dans les rêves des habitants de Stains.

Ils sont filmés de façon brute. Simple. Sans artifice de mise en scène. Sans effet cherchant à théâtraliser les moments de vérité durant lesquels ces hommes et ces femmes se livrent, nous ouvrent une partie de leur vie, de leur intimité. De tous âges, de toutes origines, ils nous sont présentés en gros plans. Les regards chargés d’une envie, sans doute même d’un besoin de dire. Leurs sourires, eux aussi, témoignent du plaisir qu’ils ont d’être là, écoutés, regardés, assis à l’arrière du vieux fourgon tagué et customisé avec lequel la metteure en scène et directrice artistique du Studio Théâtre de Stains, Marjorie Nakache, est partie à leur rencontre. Un véhicule baptisé la Caravane des rêves qui a parcouru les rues de la ville de Seine-Saint-Denis, qui s’est garé sur ses marchés, ses places publiques, ses parkings, afin de proposer à ses habitant-e-s de répondre à trois questions. Si vous aviez une baguette magique, quel rêve réaliseriez-vous ? Pouvez-vous raconter un rêve ou un cauchemar que vous avez fait ? Pensez-vous que l’on fasse les mêmes rêves ici, à Stains, que dans d’autres villes, comme Paris ou Bordeaux… ?

 Un espace qui fait du bien

Ils ont été une centaine à répondre à ces questions, faisant parfois la queue avant de pouvoir se confier devant la caméra. C’est cette belle et profonde matière qui se trouve au cœur du spectacle de Marjorie Nakache. Projetées sur de grands panneaux mobiles, les vidéos s’intègrent à l’univers onirique que composent, sur scène, Antoine Jacot et Sandy Louis. Vêtus de pyjamas, le jongleur-illusionniste et la danseuse-chanteuse apparaissent et disparaissent. Ils accompagnent, au sein d’une atmosphère en clairs-obscurs, les petites histoires et les grandes espérances qui se dévoilent à nous. On est saisis par l’authenticité et la force de ces voix, de ces accents, par la diversité de ces visages. On est émus par l’intensité des expressions et des élans de vie qui se dégagent de tous ces êtres. Jamais futile, jamais superficiel, Rêver peut-être est un « anti-café du commerce ». On a l’impression, à travers ces témoignages, de toucher au corps même de notre époque. Une époque rude, incertaine, dans laquelle un espace qui s’offre à la parole fait du bien. Ces femmes et ces hommes s’en emparent comme d’une chose précieuse. Une chose nécessaire. Et nous le donnent en partage.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Rêver peut-être
du Mardi 24 octobre 2017 au Dimanche 12 novembre 2017
Studio-Théâtre de Stains
19 Rue Carnot, 93240 Stains, France

Les 24 et 25 octobre 2017, ainsi que le 7 novembre à 14h ; le 10 novembre à 14h et 20h45 ; le 12 novembre à 16h. Durée du spectacle : 1h05. Pour la représentation en soirée, navette gratuite A/R : à 20h au métro Porte de la Chapelle et à 20h30 au métro Saint-Denis Université. Tél. : 01 48 23 06 61. www.studiotheatrestains.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre