La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

RÉPARER LES VIVANTS

RÉPARER LES VIVANTS - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre des Abbesses
Vincent Dissez, interprète de Réparer les vivants. © Elisabeth Carecchio

Théâtre de la Ville / d’après Maylis de Kerangal / mes Sylvain Maurice
Reprise /Critique

Publié le 29 mai 2017 - N° 255

Avec le comédien Vincent Dissez, Sylvain Maurice adapte et met en scène le roman de Maylis de Kerangal, qui conte l’aventure d’une transplantation cardiaque. Dans une épure millimétrée, il fait entendre le mouvement puissant et la force bouleversante du récit et des voix qui l’habitent.

De Simon, 19 ans, passionné par la mer et le surf, déclaré en état de mort cérébrale suite à un accident de la route, à Claire, dont le cœur abîmé va un jour ou l’autre lâcher, Maylis de Kerangal raconte le douloureux et haletant processus d’une transplantation cardiaque, une course effrénée et sidérante qui unit en une suite d’étapes et de gestes précis la mort et la vie. C’est une phrase de Tchekhov dans Platonov qui a inspiré son projet : « Enterrer les morts, réparer les vivants ». Documenté, évitant tout aspect moralisateur, son récit captivant dessine un portrait nuancé des personnages et de la situation. Elle confronte aussi deux mondes : celui d’une famille brisée, et celui du monde médical, protocolaire et technique, où chacun est cadré par une mission rigoureuse. Parmi ces missions, l’annonce et l’accompagnement des parents détruits, Sean et Marianne, qui doivent autoriser ou pas le don d’organes. C’est Pierre Révol, médecin du service de réanimation au Havre, et Thomas Rémige, infirmier coordonnateur de prélèvements, qui s’en chargent.

Tragédie intime et technique médicale

Bouleversé comme de très nombreux lecteurs par ce récit plusieurs fois primé, le metteur en scène et directeur du Théâtre de Sartrouville Sylvain Maurice a décidé de le porter à la scène en faisant écho à l’urgence et à la vitalité de l’écriture. Seul en scène, se déplaçant sur un tapis roulant dans un espace circonscrit, Vincent Dissez n’incarne pas les personnages mais fait sienne la puissance du récit et des voix qui l’habitent. Organique et limpide, la langue vive, nette, en mouvement, déploie une course trépidante et profondément vivante, insuffle un corps à l’histoire. Le personnage principal, c’est Simon l’absent, c’est ce cœur qui va battre à nouveau, et l’enjeu, c’est ce sprint pour la vie à la fois totalement fou et totalement organisé. Entre récit et dialogues, c’est une véritable odyssée qui se raconte, une chanson de geste de quelques heures déterminantes et vitales. Parmi les personnages phares du monde médical, le patron Halfand, une légende, appartenant à une dynastie de médecins, et le jeune Virgilio, en quête de hauts faits et de revanche sociale. Sobre et épurée, dans une lumière blanche et blafarde, la mise en scène fait entendre tous ces indispensables protagonistes, et s’inscrit dans l’équilibre entre les dimensions médicale, technique, et intime de l’aventure. En hauteur et en arrière-plan, le musicien Joachim Latarjet fait sonner sa guitare comme un flux de jeunesse et un jaillissement d’énergie libre. Entremêlant tragédie intime et questions médicales, l’œuvre est forte et marquante.

Agnès Santi

A propos de l'événement

RÉPARER LES VIVANTS
du Mercredi 14 juin 2017 au Samedi 24 juin 2017
Théâtre des Abbesses
31 Rue des Abbesses, 75018 Paris-18E-Arrondissement, France

Théâtre des Abbesses, 31 rue des Abbesses, 75018 Paris. Du 14 au 24 juin à 20h30, relâche dimanche. Tél : 01 42 74 22 77. Durée : 1h20.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre