La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Agenda

Premières : festival strasbourgeois… et international

Premières : festival strasbourgeois… et international - Critique sortie Théâtre
Photo crédit Bob Coscarelli : La pianiste Mûza Rubackyté revient Salle Gaveau le 16 octobre avec un programme au titre évocateur : « Fantasia quasi sonata ».

Publié le 10 juin 2007

La 3ème édition du Festival Premières consacré aux jeunes metteurs en scène européens sévit à Strasbourg – entre le Maillon et le TNS – du 14 au 17 juin 2007. Onze spectacles venus d’Espagne, des Pays-Bas, de Bulgarie, de France, de Pologne, d’Allemagne, d’Italie, de Roumanie et de Belgique, et la plupart par des femmes.

De nouvelles formes et de nouveaux talents à découvrir, tel est l’enjeu de ce marathon théâtral de quatre jours, festivité et musicalité assurées, pour le public comme pour les professionnels français et étrangers. À l’honneur, la diversité des parcours individuels de jeunes metteurs en scène, à peine sortis d’école ou dans leurs premières années de pratique professionnelle. Ainsi, La Fille aux allumettes d’après Aki Kaurismäki de l’Allemande Julia Hölscher, chanteuse au départ, formée au théâtre à Hambourg. Images fortes, bruitages et poésie rythmée. La Belge Anne Thuot propose Mon Bras (Mobile), une performance théâtrale sur un texte de Tim Crouch. Une installation vivante depuis le marché international de l’art, avec humour incisif et satire. Little Red (Play) : « Herstory » de la jeune Nicola Nord d’Amsterdam fraie avec la performance, le travail de « sampling », les souvenirs personnels et les symboles politiques. La Polonaise Agnieszka Olsten signe Linz : Pani Aoi. Wachlarz. Szafa d’après trois pièces en un acte de Yukio Mishima. Acteurs, décor, lumières, vidéo et musique sans ordre hiérarchique dans un univers dramatique singulier entre Lynch et Magritte. Également, La Ménagerie, labo pluridisciplinaire par le Français Arnaud Anckaert. La Roumaine Gianina Carbunariu présente Mady-Baby.edu tandis que les Belges Jean-Benoît Ugeux et Anne-Cécile Vandalem s’attaquent à Hensel et Gretel, l’histoire de la maison interdite. Enfin, l’Espagnole Maria Jerez interprète El Caso del Espectador, tout un programme. L’Italien Giuseppe Massa met en scène Sutta Scupa (Sous pression). La Bulgare Diana Dobreva se penche sur Medeaedem d’après le Mythe de Médée et des textes antiques et modernes. Quant à l’Allemand Alexander Charim, il revient à mai 68, inspiré par les films de Philippe Garrel, Godard et Eustache. La question : Comment voudrions-nous vivre ? Un théâtre décidé qui naît d’expressions artistiques nouvelles démultipliées.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre