La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Margot

Margot - Critique sortie Théâtre Lyon Les Célestins – Théâtre de Lyon
Margot, mis en scène par Laurent Brethome. Crédit : Philippe Bertheau

Les Célestins – Théâtre de Lyon / d’après Christopher Marlowe et Dorothée Zumstein / mes Laurent Brethome

Publié le 20 décembre 2017 - N° 261

Laurent Brethome entraîne une troupe de seize interprètes dans les horreurs de la Saint-Barthélemy. Cris, morts, rage, giclées de sang : le metteur en scène signe un spectacle d’un lyrisme radical qui associe Massacre à Paris de Christopher Marlowe à des monologues de l’auteure et traductrice Dorothée Zumstein.

C’est seulement vingt et un ans après les événements tragiques de la Saint-Barthélemy – qui firent près de trois mille morts à Paris et entre dix et trente mille dans le reste de la France – que l’auteur élisabéthain Christopher Marlowe (1564-1593) écrivit, l’année de sa disparition, une pièce relatant la fureur sanguinaire qui envahit notre pays à la fin du mois d’août 1572. Ambitions politiques, prétextes religieux, fascination pour la violence et la mort : tels sont les ingrédients de Massacre à Paris qui, du mariage de Marguerite de Valois avec Henri de Navarre à la mort d’Henri III, traverse les épisodes barbares d’une véritable boucherie. « Margot* est le fruit de mon envie de porter sur un plateau de théâtre une pièce qui exhibe les visages et les ressorts de la monstruosité », déclare Laurent Brethome. Le metteur en scène a commandé, pour l’occasion, une nouvelle traduction du texte de Marlowe à Dorothée Zumstein, ainsi que des monologues additionnels venant éclairer certains pans du récit et nourrir le discours du personnage-titre.

Un pur moment de théâtre baroque

Pour donner corps au grand spectacle populaire dont il rêvait, Laurent Brethome s’est entouré d’une troupe de jeunes comédiennes et comédiens enflammés. Ils sont seize, d’une énergie folle, qui bondissent, arpentent le plateau dans tous les sens. Ils crachent, vocifèrent, se battent, s’empoignent, font couler des flots de sang. Sans toujours mesurer avec précision leurs effets. Mais là n’est pas l’essentiel. Car le théâtre en clair-obscur auquel nous sommes conviés a tout des excès du baroque. Il vrombit, fait ce qu’il faut pour impressionner, pour faire surgir chez chaque spectateur les perceptions les plus vives. Margot joue d’outrances et de contrastes, passant d’atmosphères tumultueuses à des moments de dépouillement presque absolu. Tout cela sans ménagement. Et sans échappatoire. On est ici plongé dans le pire de l’humain. Dans le règne de la violence, du ressentiment et de la vengeance. Le règne de l’opportunisme politique qui, sous couvert de religion, amène des hommes à en massacrer d’autres. Les siècles passent et rien ne change. C’est le triste constat devant lequel nous place cette proposition de théâtre vigoureuse et exorbitante.

* Texte publié aux Nouvelles Editions Jean-Michel Place

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Margot
du Mercredi 17 janvier 2018 au Mercredi 24 janvier 2018
Les Célestins – Théâtre de Lyon
Place des Célestins, 69002 Lyon, France

Du mardi au samedi à 20h, les dimanches à 16h. Relâche le lundi. Spectacle vu au Théâtre Jean Arp, à Clamart, le 21 novembre 2017. Durée de la représentation : 2h50 avec entracte. Spectacle créé le 9 novembre 2017 à la Scène nationale d’Albi. Tél. : 04 72 77 40 00. www.theatredescelestins.com


Egalement le 12 janvier 2018 aux Scènes du Golfe – Théâtres Arradon-Vannes, les 26 et 27 janvier au Château Rouge à Annemasse, les 30 et 31 mai au Trident – Scène nationale de Cherbourg-Octeville.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre