Classique / Opéra - Gros Plan

Les Traversées – Noirlac

À Noirlac, une création de Thierry Pécou. © Cyrille Guir

CHER / FESTIVAL / TOUS REPERTOIRES

Quatre samedis (et un prélude) pour partir à la découverte de la musique de toutes les époques et de tous les horizons. Une invitation au voyage.

Un samedi à Noirlac, c’est la promesse de moments d’émerveillement. Il y a d’abord le lieu, bien sûr. L’ancienne abbaye cistercienne est un havre de sérénité, baigné de calme et de lumière. La musique y trouve un espace propice à une écoute attentive. Entre les concerts, qui investissent l’un après l’autre les anciens lieux de vie des moines, déambuler dans le cloître ou le jardin est un véritable rituel, une transition qui garde intacte la mémoire de la musique entendue. Dans ce lieu de méditation, d’éveil au monde mais sans le tumulte, les concerts jouent la surprise, la rencontre. Illustration dès le premier samedi (le 23 juin) avec un habitué des lieux, le compositeur Thierry Pécou. Il avait écrit pour Noirlac un Miserere créé en 2013 par l’ensemble Les Folies françoises en contrepoint des Lamentations de la Semaine sainte d’Alessandro Scarlatti. Il propose cette fois, dans le réfectoire des moines, une cantate, La Voie de la beauté, inspirée par les rituels des guérisseurs navajos. Rompre avec l’européocentrisme tout en assumant l’héritage musical classique est une démarche souvent affirmée par le compositeur dans une musique qui redonne à l’oralité une place à côté de l’écriture. Pour ce concert-rituel, interprété par l’ensemble Variances, une mise en images par le vidéaste Olivier Perriquet prolonge visuellement la dimension contemplative de la musique.

Croisements des traditions et sérénité

Autre compositeur passionné par le croisement des traditions, Zad Moultaka inscrit sa musique sensible, résonnante et inventive dans un programme qui brasse les musiques européennes – d’Italie, de France et des Balkans – des xve et xvie siècles. L’ensemble Canticum Novum et la Maîtrise de Dijon seront réunis pour l’occasion en l’église abbatiale pour conclure la journée du 30 juin (21h). Croisement toujours, mais cette fois au sein de la tradition musicale occidentale : à la demande de l’ensemble Pulcinella et de sa directrice musicale Ophélie Gaillard, le compositeur Philippe Hersant a écrit ses Rondes de nuit pour dialoguer avec la musique virtuose et entraînante de Boccherini, elle-même pétrie d’influences musicales. Un peu plus tard dans cette journée du 7 juillet, l’ensemble Pulcinella s’associera au chœur Arsys Bourgogne pour interpréter Résurrection et ascension de Jésus que Carl Philipp Emanuel Bach tenait lui-même pour l’un de ses chefs-d’œuvre. Parmi les autres invités, on notera la rencontre du percussionniste Keyvan Chemirani, maître du zarb et curieux de toutes les musiques, avec le claveciniste Jean Rondeau et le luthiste Thomas Dunford (23 juin), ou encore un étonnant hommage aux mélodies de Gabriel Fauré porté par des artistes venus d’horizons artistiques a priori éloignés, d’Élise Caron à Judith Chemla et de John Greaves à Himiko Paganotti (30 juin). Enfin, en prélude, le 22 juin, une carte blanche en forme de manifeste est offerte à Jordi Savall : musiques anciennes et musiques du monde dialoguent, avec la participation de l’ensemble Orpheus XXI, composé de musiciens réfugiés de Syrie, du Kurdistan et d’ailleurs.

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Les Traversées – Noirlac
du Vendredi 22 juin 2018 au Samedi 14 juillet 2018
ABBAYE DE NOIRLAC
18200 Bruère-Allichamps

Vendredi 22 juin à 21h et les samedis du 23 juin au 14 juillet.


Tél. : 02 48 62 01 01.


Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction