La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Entretien / Ariel Paszkiewicz

Festival Chopin à Paris

Festival Chopin à Paris - Critique sortie Classique / Opéra Paris Orangerie de Bagatelle
Le jeune pianiste italien Léonardo Pierdomenico, encore très peu connu en France, a été lauréat en 2017 du Concours "Van Cliburn". Il sera l’invité du Festival Chopin à Paris le 4 juillet à 20h45.

PARIS / BOIS DE BOULOGNE / PIANO

Publié le 23 mai 2018 - N° 266

Rencontre avec Ariel Paszkiewicz, Secrétaire Générale du Festival.

Ce festival principalement voué à Chopin fête son trente-cinquième anniversaire. Fidèle au cadre magnifique de l’Orangerie de Bagatelle, il accueille du 23 juin au 14 juillet quelques-uns des meilleurs interprètes du plus français des compositeurs polonais : Marie-Ange Nguci, Claire Désert, François Dumont, Philippe Bianconi, Vardan Mamikonian, Alexandre Kantorow, Caroline Sageman, Ismael Margain, et Guillaume Bellom à quatre mains avec Jean-Claude Pennetier. La journée « Portes Ouvertes » du dimanche 24 juin en entrée libre propose de découvrir huit jeunes pianistes, sur scène de 14 à 19 h.

Comment a évolué la perception de la musique de Chopin par les mélomanes et les interprètes ?

Ariel Paszkiewicz : Au fil du temps, nous nous sommes aperçus que certains de nos festivaliers viennent avant tout pour écouter du Chopin. Peu importe l’artiste qui joue, ils choisissent le programme qui proposera le plus d’œuvres de Chopin !  Et ils font confiance au festival sur le choix des interprètes. Comme nous faisons jouer beaucoup de jeunes pianistes encore inconnus du grand public et à l’aube de leur carrière, nos festivaliers sont aussi heureux de faire des découvertes ! Le public est devenu plus exigeant. Il faut que l’interprète ait des choses à dire, il lui faut revisiter l’œuvre avec talent et musicalité tout en restant fidèle à la partition. La virtuosité n’est plus un critère. Ceux qui émeuvent sont ceux qui surprennent.

« Ceux qui émeuvent sont ceux qui surprennent. »

Parlez-nous de ce lieu si particulier de l’Orangerie de Bagatelle où vous êtes présents depuis le début…

Ariel Paszkiewicz : Chacune de ces 35 dernières années a vu naître à notre émerveillement son lot d’émotions issues de cette union féconde entre musique et nature : émotion du festivalier saisi par les talents qui se révèlent dans l’Orangerie ; émotion du promeneur ébloui par la beauté du lieu, des jardins et des fleurs. Promeneur et festivalier se confondent souvent en une seule et même personne…

A l’occasion de l’anniversaire Debussy, une œuvre du compositeur français sera associée à chaque programme. Quel lien faites-vous entre les deux compositeurs ?

Ariel Paszkiewicz : Deux aspects rattachent Debussy à Chopin. Le jeu du pianiste d’abord dont l’entourage de Debussy avouait qu’il jouait comme Chopin. Le compositeur ensuite dont les affinités avec Chopin sont évidentes dans les premières œuvres déjà et, par la suite, dans les titres (Préludes, Etudes…). La révision des Œuvres complètes (1914-1915) par Debussy n’est pas qu’une nécessité alimentaire : elle révèle un héritage, une filiation, mieux une dette. C’est pourquoi dans chacun de nos programmes une œuvre de Debussy viendra naturellement en écho à celles de Chopin, trait d’union entre deux musiciens qui ont confié au clavier leur génie de compositeur et leur sensibilité d’artiste.

 

Propos recueillis par Jean Lukas

A propos de l'événement

Festival Chopin à Paris
du Samedi 23 juin 2018 au Samedi 14 juillet 2018
Orangerie de Bagatelle
Bois de Boulogne, 75016 Paris

Tél. 01 45 00 22 19.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra