La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Critique /Théâtre musical

Les Sept péchés capitaux de Kurt Weill, mise en scène Jacques Osinski

Les Sept péchés capitaux de Kurt Weill, mise en scène Jacques Osinski - Critique sortie Classique / Opéra Paris Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Natalie Pérez (Anna 1) et Noémie Ettlin (Anna 2) dans Les sept péchés capitaux de Weill (La colère) © Pierre Grosbois texte Bertolt Brecht musique Kurt Weill direction musicale Benjamin Levy mise en scène Jacques Osinski avec l'Orchestre de chambre Pelléas Anna 1 Natalie Pérez Anna 2 Noémie Ettlin le père Guillaume Andrieux la mère Florent Baffi frère 1 Manuel Nuñez Camelino frère 2 Camille Tresmontant Edward Baptiste Roussillon Fernando Julien Ramade homme 1 David Migeot homme 2 Grégoire Tachnakian homme 3 Arnaud Simon scénographie et vidéos Yann Chapotel lumières Catherine Verheyde costumes Hélène Kritikos dramaturgie Marie Potonet mouvements Noémie Ettlin

de Kurt Weill / mise en scène Jacques Osinski

Publié le 30 mai 2021 - N° 290

Le Théâtre de l’Athénée rouvre au public avec une relecture agile et épurée du ballet chanté Les Sept péchés capitaux de Kurt Weill, signée par Jacques Osinski et la compagnie l’Aurore boréale.

Du ballet chanté Les sept péchés capitaux de Weill et Brecht, créé au Théâtre des Champs-Elysées en 1933, pendant l’escale parisienne des deux exilés allemands, Jacques Osinski a élagué le folklore du cabaret berlinois pour n’en garder que la verve agile et vagabonde. La nouvelle production de la compagnie L’aurore boréale prend le parti d’une efficace économie de moyens. La scénographie de Yann Chapotel se résume à un petit échafaudage habillé de néons qui sépare le plateau en deux : à l’avant les deux Anna, et à l’arrière, la famille, vigie chorale à distance de la fille envoyée faire fortune dans le monde. Rythmée par les lumières de Catherine Verheyde et un flux d’illustrations vidéos calibré au gré de la musique, cette mosaïque de vignettes restitue l’essence de l’apologue satirique.

Une merveille de mobilité stylistique

L’Orchestre de chambre Pelléas, sous la direction de Benjamin Lévy, se révèle un partenaire de choix, animant les couleurs et les saveurs contrastées des séquences successives, auxquelles la réduction de HK Gruber pour quinze musiciens donne une acuité supplémentaire. Les trois chansons choisies parmi les plus célèbres de la période parisienne de Weill (Complainte de la Seine, Je ne t’aime pas et Youkali), ajoutées comme des jalons en contrepoint de la pièce, confirment cette mobilité stylistique jusque dans les arrangements. Le chant sobre et souple du plateau de jeunes solistes, tant le quatuor masculin que l’Anna 1 de Natalie Pérez, se montre au diapason de cette lecture resserrée d’une pièce surprenante et hybride. Un objet scénique presque non identifié, concis, et tout à fait opportun pour la réouverture de l’Athénée.

Gilles Charlassier

A propos de l'événement

Les Sept péchés capitaux
du Jeudi 27 mai 2021 au Samedi 5 juin 2021
Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Square de l'Opéra Louis-Jouvet, 7 rue Boudreau 75009 Paris.

à 19 heures. Durée : 1 heure. Tél. 01 53 05 19 19.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra