La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Propos recueillis

Les Larmes de Barbe-Bleue

Les Larmes de Barbe-Bleue - Critique sortie Théâtre Paris La Pop - Incubateur de musiques mises en scène
Crédit : Jean-Louis Fernandez

La Pop, en collaboration avec le Nouveau Théâtre de Montreuil/ d’après Béla Bartók/conception et mes Mathieu Bauer

Publié le 24 octobre 2017 - N° 259

Dans le cadre de son festival Mesure pour Mesure dédié au théâtre musical, Mathieu Bauer s’empare très librement du Château de Barbe-Bleue, l’unique opéra de Béla Bartók.

« Opéra de langue hongroise composé en 1910, Le Château de Barbe-Bleue me fascine depuis des années, notamment pour son traitement singulier des émotions. Pour sa mélancolie qui se manifeste sous la forme étonnante de larmes inondant le château. Qu’est-ce que l’émotion, à l’heure où l’image conditionne les pensées et les comportements ? Comme un petit ouvrage du philosophe Georges Didi-Huberman, intitulé Quelle émotion ? Quelle émotion ! (Bayard, 2013), le chef-d’œuvre opératique de Béla Bartók me fait ressentir l’importance de cette question. Plus qu’une adaptation, Les Larmes de Barbe-Bleue est donc une mise en dialogue de ces deux œuvres. Une pièce du frottement entre des paroles et des musiques très différentes. Interprété par Evelyne Didi, le personnage de Judith – la dernière femme de Barbe-Bleue – y mène derrière sa septième porte une enquête sur les larmes de Barbe-Bleue. Une sorte d’archéologie de ses émotions et des nôtres.

Un opéra hybride

Une lettre de Béla Bartók, une analyse musicologique de son opéra, des textes que j’ai écrits à partir du livret, divers matériaux iconographiques et musicaux… En plus de l’opéra original et du texte de Georges Didi-Huberman, cette Judith que l’on retrouve des années après la fin de l’histoire de Barbe-Bleue exhume de nombreux objets. Cela dans un dispositif proche de l’installation. Mêlées à la musique de Béla Bartók, les compositions de Sylvain Cartigny sont elles aussi hybrides. Comme toujours dans mes créations, on oscille entre musique savante et populaire. Ce que faisait d’ailleurs aussi le compositeur hongrois, qui pour conserver son ancrage populaire a refusé de prendre la voie de la musique atonale en vogue à l’époque. Dans Les Larmes de Barbe-Bleue, je dis aussi la nécessité d’accueillir l’Autre et d’en finir avec notre tendance au repli. ».

Propos recueillis par Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Les Larmes de Barbe-Bleue
du Mardi 7 novembre 2017 au Vendredi 10 novembre 2017
La Pop - Incubateur de musiques mises en scène
34 Quai de la Loire, 75019 Paris, France

à 19h30. Durée estimée : 1h. péniche amarrée face au n°34 quai de la Loire. En collaboration avec le Nouveau Théâtre de Montreuil. Tel : 01 48 70 48 90. www.nouveau-theatre-montreuil.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre