La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Les Égarés du Chaco

Les Égarés du Chaco - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de l’Epée de Bois
CR : Bia Mendez Pena Les Égarés du Chaco mis en scène par Jean-Paul Wenzel.

Théâtre de l’Épée de bois / de Adolfo Costa du Reis / mes Jean-Paul Wenzel

Publié le 26 septembre 2014 - N° 224

Tout premier spectacle de l’école nationale de théâtre de Bolivie, Les Egarés du Chaco nous emmène sur les traces de soldats perdus dans une nature hostile et mystérieuse.

Cela fait seulement dix ans qu’existe en Bolivie une école nationale de théâtre. Une école, à la différence des nôtres, qui a été construite dans un quartier pauvre, à la périphérie de Santa Cruz, qui brasse les classes sociales et se rend gratuite pour les plus démunis de ses élèves. Appelé pour y parler de dramaturgie contemporaine, Jean-Paul Wenzel a noué là-bas des liens qui l’ont conduit à monter avec des élèves issus de quatre promotions successives le premier spectacle de l’école, qui a tourné en Bolivie et traverse maintenant l’Atlantique. Forte de ses expériences avec le théâtre Aftaab d’Afghanistan et l’école des arts cambodgienne, La Cartoucherie constitue un terrain d’accueil naturel pour cette aventure internationale d’hommes et de femmes de théâtre, et l’Epée de bois, avec son directeur Antonio Diaz Florian originaire du Pérou, est un hôte bien trouvé.

Une boussole qui en réalité n’existe pas

Les Egarés du Chaco est adapté d’un roman bolivien d’Adolfo Costa du Reis, Lagune H.3, qui narre les aventures d’un groupe de soldats perdus dans la forêt, en pleine guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay (1932-1935). Ils meurent de soif et arpentent une nature hostile à la recherche d’une mythique lagune pour s’y abreuver, mais on devine rapidement qu’ils ne la trouveront jamais. Ce qui importe, ce sont les métamorphoses du groupe confronté à une expérience de survie, les dissensions entre individus, les retournements et trahisons, mais aussi les solutions que chacun trouve pour tenir. Parmi les croyances qui rassurent quand le réel est trop désespérant, le capitaine utilise celle toute métaphorique d’une boussole qui en réalité n’existe pas, mais dont l’utilisation illusoire suffit à fédérer le groupe. Un temps. Natures et relations humaines, processus de groupe et de commandement se jouent sur un grand carré ocre que viendra enfin rafraîchir un orage. Si certains se tournent vers Dieu, un autre trouvera dans la création la force de continuer. Côté jeu, l’Ecole Nationale de Théâtre de Bolivie délivre sans doute un enseignement de qualité si l’on s’en réfère à la performance de la troupe. Toutefois, la dramaturgie manque de ressort et de surprises pour maintenir tout au long un intérêt soutenu. Dépouillée, sans effets ostentatoires, la mise en scène laisse la part belle à ces jeunes comédiens boliviens qu’un autre texte aurait peut-être davantage servis.

 

Eric Demey

A propos de l'événement

Les Égarés du Chaco
du Jeudi 25 septembre 2014 au Dimanche 19 octobre 2014
Théâtre de l’Epée de Bois
75012 Paris, France

Théâtre de l’Épée de bois, route du champ de manœuvre, 75012 Paris. Jusqu'au 19 octobre. Jeudi et vendredi à 20h30. Samedi à 16h et 20h30. Dimanche à 16h. Tél : 01 48 08 39 74. Durée : 1h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre