La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Sœurs

Sœurs - Critique sortie Théâtre Mons Manège de Mons
Dans Sœurs, Annick Bergeron joue Geneviève Bergeron... et d'autres rôles. CR : Pascal Gély

Le Grand T / Wajdi Mouawad

Artiste associé au Grand T à Nantes, Wajdi Mouawad y a présenté sa dernière création : Sœurs. Un spectacle enthousiasmant et agaçant.

Après Seuls : Sœurs. L’homophonie n’est pas un hasard puisque Wajdi Mouawad poursuit avec cette pièce un cycle de l’intime qui le porte cette fois-ci à s’intéresser au versant sororal de sa famille. C’est donc un mélange de quotidien et de fiction biographique qui habite cette pièce où, comme d’habitude avec l’auteur québécois, l’intime se mêle à l’Histoire et le cours des trajectoires individuelles traverse les frontières d’un monde moderne quelque peu déshumanisé. Seule sur scène, Annick Bergeron incarne tout d’abord le rôle de Geneviève Bergeron, médiatrice en conflits internationaux, qui doit discourir sur l’art et la manière de faire triompher la paix avant de partir au Mali pour chapeauter une négociation entre belligérants. Cependant, au téléphone, tandis qu’une tempête de neige couvre la route entre Montréal et Ottawa, sa mère ne paraît pas comprendre que sa fille ne pourra pas être présente pour les funérailles de l’oncle qui vient de mourir. Conférence, hôtel, Geneviève Bergeron va vivre ce soir une crise existentielle où se déferont les fils qui la tenaient debout jusque là et qui, à l’instar d’une zone de confits, va transformer sa chambre d’hôtel en champs de ruines.

Le monde moderne n’est pas tendre avec l’humain

Deuxième partie : arrivent la femme de ménage, la directrice de l’hôtel, la police puis une experte en assurance, sœur métaphorique de Geneviève, puisqu’elle tente, elle aussi, de réparer les dommages après la bataille. De leur long dialogue naîtra le sens explicite de la pièce. C’est un peu souvent comme cela avec Mouawad : les symboles vous sont mis sous le nez et aussi largement commentés. Heureusement que le tempérament quelque peu bavard de l’auteur va de pair avec une audace scénique, une fraîcheur et une inventivité dans les dispositifs de mise en scène à chaque spectacle renouvelés. Ici, Annick Bergeron incarne tous les rôles grâce à une très ingénieuse utilisation de la vidéo. La première partie en forme de comédie cinématographique est parfois hilarante dans le cadre de cette chambre « ultra-technologisée », qui ne veut pas fonctionner en français. Au cœur de cette tranche de vie : les langues qui disparaissent, les liens humains qui se distendent jusqu’à déchirer le tissu familial, et les conflits passés et présents qui hantent des existences de déracinés. Le monde moderne n’est pas tendre avec l’humain et Mouawad le lui rend bien dans une palette de traitements scéniques qui déroute les attentes. Avec un art du contre-pied qui joue avec les désirs du spectateur, et paraît parfois se faire un plaisir de ne pas y céder, Mouawad finit toujours par l’emporter.

Eric Demey

A propos de l'événement

Sœurs
du Samedi 4 octobre 2014 au Jeudi 30 avril 2015
Manège de Mons
Rue des Passages 1, 7000 Mons, Belgique

Tournée en cours. Du 4 au 5 octobre au Manège de Mons. Le 9 octobre à Jean Lurçat à Aubusson. Du 15 au 17 octobre à la Halle aux grains à Blois. Les 3 et 4 décembre au Quartz à Brest. Le 5 mars à la maison des arts à Thonon-Evian. Les 10 et 11 mars à L’espal au Mans. Les 20 et 21 à l’Archipel à Perpignan. Du 9 au 18 avril à Chaillot à Paris et du 28 au 30 au TNT à Toulouse. Spectacle vu au Grant T. Durée 2h15.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre