Avignon - Entretien Mirabelle Rousseau

Le T.O.C., aventurier théâtral

Mirabelle Rousseau et les membres du T.O.C. (Théâtre Obsessionnel Compulsif) investissent la Manufacture avec diverses propositions, expérimentations et investigations théâtrales.

« Le public a envie d’être déplacé : le T.O.C. le prend au mot ! »
 
Avec quels matériaux venez-vous à Avignon, cette saison ?
Mirabelle Rousseau : Le T.O.C. a déjà travaillé avec la Manufacture. L’an dernier, nous y avions présenté L’Auto-T.O.C. à la « vitrine » de l’Espace 40, une librairie où, le soir, ont lieu des performances ou des spectacles. Les piétons passent comme devant les Galeries Lafayette et regardent ce qui se joue en vitrine. C’est gratuit ; et c’est un peu comme une surprise. Cette année, nous retrouvons ce lieu avec quatre petites conférences. A raison de deux conférences par soir, nous présentons quatre textes : Je voudrais être légère d’Elfriede Jelinek et La Composition comme explication de Gertrude Stein ; Cut up de William Burroughs et Brion Gysin et Le Théâtre Merz de Kurt Schwitters. Ce sont les formes les plus radicales de la compagnie, celles qui représentent le mieux ses recherches. Les textes énoncent des procédés qui sont immédiatement mis en place et la représentation devient performative.
 
Quel est le sens de vos recherches ? Quel est le but du T.O.C. ?
M.R. : Nous faisons un théâtre de recherche. Bien sûr, tout le monde fait du théâtre de recherche, mais l’essence de notre démarche est d’essayer d’interroger la représentation à l’intérieur du spectacle. Le spectateur est partenaire d’un procédé. Nous venons à Avignon parce que c’est là que le théâtre change. Ces formes sont très pointues et très difficiles, cérébrales, théoriques. Elles pourraient apparaître comme n’étant pas tout public. Mais à Avignon, le spectateur s’intéresse à l’histoire du théâtre et adore être remis en question. Le festivalier est un aventurier : c’est pourquoi nous lui présentons nos formes les plus aventureuses. Les chocs esthétiques sont plus grands dans des cadres comme celui du festival. Le public a envie d’être déplacé : le T.O.C. le prend au mot !
 
Que présentez-vous d’autre, à part ces conférences ?
M. R. : Le 16, on fait encore une fois un Auto-T.O.C. : colloque collectif et potache qui expose notre démarche. Nous faisons aussi un spectacle hors les murs, au MIN (le Marché d’Intérêt National) d’Avignon, à huit kilomètres de la ville. Nous emmenons les spectateurs en bus pour assister à Si ce monde vous déplaît, de Philip K. Dick, conférence sur les univers parallèles. Le spectacle est ainsi déplacé « dans une couche de temps non actualisé », comme dit Philip K. Dick, dans un espace où le théâtre ne devrait pas avoir lieu. S’il fallait résumer les expériences faites par le T.O.C. cet été, on pourrait dire : Gertrude Stein,pour un théâtre sériel ; Kurt Schwitters,pour un théâtre graphique ; Elfriede Jelinek, pour un théâtre littéral ; Burroughs, pour un théâtre de montage ; L’Auto-T.O.C., vers un théâtre autoparodique, et Philip K. Dick, pour un théâtre fantastique.
 
Propos recueillis par Catherine Robert


 
Avignon Off. La Manufacture, 2, rue des Ecoles. A l’Espace 40. 12 et 13 juillet à 21h30 et 23h, Je voudrais être légère d’Elfriede Jelinek et La Composition comme explication de Gertrude Stein. 10 et 11 juillet à 21h30 et 23h, Cut up de William Burroughs et Brion Gysin et Le Théâtre Merz de Kurt Schwitters. Manufacture intra muros. 16 juillet en NightShot à 22h30, L’Auto-T.O.C., un colloque du T.O.C. sur le T.O.C. Au MIN (départ de la Manufacture en navette à 21h15 et 22h15). Du 18 au 21 juillet à 21h30 et 22h30, Si ce monde vous déplaît de Philip K. Dick. Tél. 04 90 85 12 71.
 
Spectacles du T.O.C. / La Manufacture / conception et réalisation du T.O.C. / mes Mirabelle Rousseau

A propos de l'événement



A lire aussi sur La Terrasse

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction