La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Critique

LE RETOUR D’ULYSSE DANS SA PATRIE

LE RETOUR D’ULYSSE DANS SA PATRIE - Critique sortie Classique / Opéra Paris Théâtre Gérard Philipe
Crédit photo : Anne Nordmann Légende photo : Pénélope (superbe Blandine Folio Peres) dans la nouvelle production du Retour d'Ulysse de Monteverdi.

De Monteverdi / direction musicale Jérôme Correas / mes Christophe Rauck

Publié le 24 février 2013 - N° 207

Trois ans après un remarquable Couronnement de Poppée, l’Arcal réunit de nouveau le tandem Jérôme Correas (direction) – Christophe Rauck (mise en scène) autour d’un autre chef-d’œuvre de Monteverdi. Une splendide réussite ! 

Alors qu’il répétait le Couronnement de Poppée, Jérôme Correas avouait, dans La Terrasse, la « chance » que représentait sa rencontre avec Christophe Rauck : « Il sait qu’il a besoin de la musique et moi du texte, que l’un et l’autre doivent aller dans le même sens ». Trois ans plus tard, poursuivant leur réflexion et « l’enrichissant dialogue » amorcés autour du Couronnement de Poppée, ils parviennent avec Le Retour d’Ulysse à une réussite plus grande encore. Musique et théâtre sont ici intimement mêlés. Pour s’en convaincre, une scène, dès le premier acte, suffit : Pénélope se lamente, récitatif presque déclamé ; elle a la solennité d’une madone en son retable. Peu à peu, suivant la musique, la plainte se fait plus humaine, passant par les états du chant et du parlé ; Pénélope se laisse glisser à terre. Pour atteindre à une telle justesse, il faut bien sûr des chanteurs qui soient également – c’est-à-dire, ici, supérieurement – acteurs, habités par le texte autant que par la musique. C’est le cas de Blandine Folio Peres, comme de toute la distribution, à commencer par l’Ulysse de Jérôme Billy, hors du temps, hors du monde – et le plus souvent hors scène : une idée toute simple qui donne cependant tout son poids dramatique au duo final avec son épouse retrouvée.

Dévoilement des symboles

Le théâtre de Christophe Rauck ne verse jamais dans la surcharge, et ne souligne pas plus qu’il ne faut le caractère des scènes. Ce n’est pas que le décor soit minimaliste ; simplement, Christophe Rauck préfère dévoiler des symboles, qu’il rend toujours signifiants : pourquoi insister quand une couleur, une posture suffisent ? Ni en costumes d’époque, ni poussée par le démon d’une mise au goût du jour, la scénographie donne à l’œuvre sa qualité véritable : l’intemporalité. Du prologue, magnifiquement animé – et qui rend parfaitement claires pour le spectateur les allégories de la Fragilité humaine, du Temps, de la Fortune et de l’Amour – jusqu’aux retrouvailles du troisième acte, en passant par la scène des prétendants, véritable labyrinthe des passions, la mise en scène produit invention sur invention, fidèle en cela à l’esprit de la musique que Les Paladins font surgir avec passion de la fosse.

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Le retour d'Ulysse dans sa patrie
du Samedi 16 mars 2013 au Samedi 6 avril 2013
Théâtre Gérard Philipe
59, boulevard Jules Guesdes 93200 Saint-Denis
Les 21, 23, 27, 28,30 mars, 2, 3, 5 et 6 avril à 19h30, les 24 mars et 6 avril à 16h. Tél. : 01 48 13 70 00. Places : 26 €.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra