La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Georges Lavaudant

Le Jour où j’ai appris que j’étais juif

Le Jour où j’ai appris que j’étais juif - Critique sortie Avignon / 2018 Avignon Avignon Off. Théâtre du Chêne Noir
Georges Lavaudant, metteur en scène du Jour où j’ai appris que j’étais juif, au Théâtre du Chêne noir. Crédit : David Ruano

Entretien / Georges Lavaudant
Théâtre du Chêne Noir / texte de Jean-François Derec / mes Georges Lavaudant

Ils se sont connus à Grenoble, au début des années 1970. Quelques décennies plus tard, Georges Lavaudant et Jean-François Derec se retrouvent. Ensemble, ils créent Le Jour où j’ai appris que j’étais juif, seul-en-scène autobiographique adapté du roman du même titre écrit par le comédien.

Quelle relation vous lie à Jean-François Derec ?

Georges Lavaudant : J’ai connu Jean-François à Grenoble, dans les années 70. Nous faisions partie de la même troupe de théâtre, le Théâtre Partisan. Nous avons fait plusieurs spectacles ensemble, avec Ariel Garcia-Valdès, en particulier un trio de clowns que nous jouions pour les comités d’entreprises et les MJC. C’était aussi l’époque des créations collectives. Nous avons joué dans le Off une pièce intitulée Les Tueurs, d’après une nouvelle d’Hemingway, dans laquelle Jean-François interprétait un gangster. Il est ensuite parti tenter sa chance à Paris.

Au-delà de ces souvenirs, qu’est-ce qui vous intéresse chez ce comédien ?

G. L. : À vrai dire, je l’ai surtout connu à cette période-là. C’est seulement maintenant, 40 ans après, que je le retrouve et le redécouvre. Donc dans le fond, pour moi, c’est comme un nouveau comédien avec lequel je travaille, ce qui est très bien. J’étais bien sûr au courant de ses one-man-shows et de ses interventions à la télévision, mais je suivais cela de très loin.

« J’ai essayé, avec son accord, de sortir Jean-François Derec de son personnage de one-man-show, de suivre son désir, de l’emmener ailleurs. »

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris lorsque vous avez découvert Le Jour ou j’ai appris que j’étais juif ?

G. L. : Ma première surprise a été de découvrir que Jean-François était juif, parce qu’à l’époque, à Grenoble, nous parlions de révolution, de communisme, plutôt que de religion ou de communautarisme. Jean-François a une manière à la fois touchante et humoristique de nous faire partager sa découverte. Il le fait avec beaucoup de pudeur et un style qui lui est particulier.

Sur quelles lignes repose votre mise en scène ?

G. L. : J’ai voulu respecter le ton du livre, relativement léger et humoristique. Jean-François a une certaine distance par rapport à la découverte de son identité. C’est très beau, cette distance qu’il met vis-à-vis de lui-même et de son histoire. En même temps, j’ai essayé, avec son accord, de le sortir de son personnage de one-man-show, de suivre son désir, de l’emmener ailleurs. C’est un acteur très discipliné, qui est en demande d’un autre style de jeu. Il a une volonté ludique de se remettre en question. Mais, bien sûr, sans rien abdiquer de sa personnalité.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Le Jour où j’ai appris que j’étais juif
du Vendredi 6 juillet 2018 au Dimanche 29 juillet 2018
Avignon Off. Théâtre du Chêne Noir
8 bis rue Sainte Catherine, Avignon

à 18h45. Relâche les 9, 16 et 23 juillet. Tél. : 04 90 86 74 87.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes